1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Renault : des sites de production à l'arrêt après une vague de cyberattaques
2 min de lecture

Renault : des sites de production à l'arrêt après une vague de cyberattaques

Le constructeur français est également concerné par l'attaque mondiale qui a touché plus de 99 pays.

Le logo de Renault, sur une voiture de la marque, le 29 janvier 2013. (archives)
Le logo de Renault, sur une voiture de la marque, le 29 janvier 2013. (archives)
Crédit : PATRIK STOLLARZ / AFP
Marie Demeulenaere & AFP

Renault a été victime de la vague de cyberattaques simultanées qui a touché vendredi 12 mai des dizaines de pays dans le monde, a-t-on appris samedi auprès de la direction du constructeur automobile. "Nous avons été touchés", a indiqué une porte-parole du groupe de la marque au losange, en précisant que le constructeur était en train d'analyser la situation. "Une action est en place depuis hier soir. On fait le nécessaire pour contrer cette attaque", a-t-elle précisé. Il s'agit de la première institution française à reconnaître avoir été touchée par ces attaques. 

Renault est la première entreprise française à reconnaître avoir été touchée par cette cyberattaque massive, qui a touché de nombreux pays, dont la Grande-Bretagne, l'Espagne, le Portugal, le Mexique, l'Australie et la Russie. Une cyberattaque d'ampleur planétaire a eu lieu vendredi 12 mai. Au total, 75.000 attaques ont été recensées dans 99 pays, selon la société américaine de sécurité informatique Avast. Les pirates auraient exploité une faille dans les systèmes Windows et ils réclament une rançon pour libérer l'accès. Des sociétés comme Fedex, aux États Unis ou Telefonica en Espagne ont été touchées, mais l'exemple le plus frappant vient de Grande Bretagne : le service public de santé a été totalement paralysé pendant plusieurs heures. 

Une attaque mondiale

L'Agence nationale (française) de la sécurité des systèmes d'informations (Anssi), n'était pas immédiatement joignable pour commenter ces développements. Cette attaque, qui suscite l'inquiétude des experts en sécurité, a été réalisée à l'aide d'un logiciel de rançon. Ce dernier verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer une somme d'argent sous forme de bitcoins pour en recouvrer l'usage. En Grande-Bretagne, plusieurs hôpitaux ont été visés. Le piratage a contraint les antennes médicales à des annulations de rendez-vous et à la redirection de certains patients vers d'autres services.

La Première ministre Theresa May s'est exprimée sur le sujet à la télévision britannique, dans la soirée du vendredi. "Plusieurs hôpitaux ont subi une cyberattaque avec demande de rançon. C'est une attaque internationale, plusieurs pays et organisations ont été victimes [...] Il semble que les informations de confidentialité concernant les patients n'ont pas été compromises"a déclaré la Première ministre britannique. D'après la société Kaspersky, spécialisée dans la sécurité informatique, le logiciel malveillant a été publié en avril par le groupe de pirates "Shadow Brokers", qui affirme avoir découvert la faille informatique via la NSA. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.