1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Réforme des 35 heures : les Hôpitaux de Paris appellent à la grève jeudi
3 min de lecture

Réforme des 35 heures : les Hôpitaux de Paris appellent à la grève jeudi

Tous les syndicats de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris appellent à une grève ce jeudi contre le projet de réforme des 35 heures du directeur Martin Hirsch.

Un médecin du Children's Hospital de Miami, le 2 juin 2014 (image d'illustration)
Un médecin du Children's Hospital de Miami, le 2 juin 2014 (image d'illustration)
Crédit : AFP / Joe Raedle
La rédaction numérique de RTL & AFP

Bras de fer en vue à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).Tous les syndicats appellent à une grève unitaire ce jeudi 21 mai contre le projet de réforme des 35 heures du directeur général, Martin Hirsch, un dossier suivi de près par le gouvernement.

"Repos préservé, qualité des soins assurée", tel sera la mot d'ordre de cette journée de mobilisation décrétée par l'ensemble des syndicats représentatifs (CGT, SUD, CFDT et FO), accompagnés de la CFE-CGC, la CFTC et l'Unsa. Invités à se rassembler à 11 heures devant le siège de l'AP-HP, avenue Victoria, dans le 4e arrondissement de Paris, les grévistes convergeront en groupes depuis leurs hôpitaux respectifs.

L'intervention de Marisol Touraine attendue

"Les personnels n'en peuvent plus", explique Rose May Rousseau, secrétaire générale de l'Union syndicale CGT de l'AP-HP, "et on s'attaque aux acquis sociaux qui leur permettent de garder la tête hors de l'eau". Sans faire de pronostic quant à la mobilisation, elle assure que le projet inquiète fortement les agents, qui subissent déjà un manque d'effectifs ou encore un gel de leurs salaires depuis 2010. De son côté, l'AP-HP déclare qu'elle n'aura "des estimations" qu'à partir de mardi "soir".

Concernant l'organisation des soins, les personnels liés à la prise en charge du patient seront "assignés a minima" pour "permettre l'expression des grévistes", assure-t-elle. Les patients pourront donc être accueillis en urgence, mais des "interventions programmées non urgentes au bloc opératoire" seront reportées.

À écouter aussi

Pour Martin Hirsch comme pour les syndicats, cette journée sera en tout cas l'occasion de jauger l'ampleur du mécontentement.  "Le 21 mai n'est qu'une étape de la bataille", prévient d'emblée Rose May Rousseau. "L'enjeu est national". De fait, longtemps restée silencieuse, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, doit s'exprimer sur le sujet ce mardi 19 mai à l'occasion des Salons Santé Autonomie, à Paris. Une prise de parole très attendue, alors que la Fédération hospitalière de France (FHF) réclame depuis des mois une conférence nationale sur les 35 heures, même si près de la moitié de ses établissements ont déjà renégocié les accords de 2002.

3 milliards d'euros d'économies prévus d'ici à 2017

Selon la FHF, la réorganisation du temps de travail est incontournable face aux contraintes budgétaires qui pèsent sur l'hôpital où 3 milliards d'euros d'économie sont prévus d'ici à 2017, dont 860 millions sur la masse salariale.

À l'AP-HP, 38 établissements et 75.000 personnels (hors médecins) sont concernés par cette réforme, qui pourrait entrer en vigueur le 1er janvier 2016. L'objectif affiché de Martin Hirsch est de gagner "par une autre organisation du travail, au moins 20 millions d'euros par an", en évitant la suppression de plus de 4.000 emplois d'ici quatre ans. Pour autant, il n'est pas question de supprimer totalement les RTT, assurait-il encore dimanche, promettant des propositions "équilibrées" aux syndicats.

Tous ont déjà boycotté les réunions préliminaires à l'ouverture des négociations le 28 mai, rejetant l'état des lieux dressé par la direction, sans néanmoins rompre le dialogue. On ne "veut plus subir le calendrier de Martin Hirsch mais imposer celui du mouvement social" en ouvrant la négociation dès le 21 au lieu du 28, explique ainsi Olivier Youinou de SUD SANTE. "Nous sommes prêts à discuter d'une véritable réduction du temps de travail avec des embauches" et "négocier sur la base de nos revendications, pas sur celles de Martin Hirsch", renchérit Rose May Rousseau.

Des rythmes de travail très divers

Les syndicats redoutent en outre de perdre les acquis indépendants des 35 heures, comme les jours de congés octroyés pour la fête des mères, et réclament des orientations précises sur les services et personnels visés par des changements d'horaires.

Les rythmes de travail sont très divers à l'AP-HP
: 66% des agents travaillent 7h36 (38 heures /semaine) ou 7h50, mais d'autres font 10 heures de nuit, 12 heures de jour, tandis que certains cadres sont au forfait. Le nombre des RTT varie lui entre 20 et 24 jours, plus pour les cadres au forfait.

Martin Hirsch a d'ores et déjà écarté deux pistes : la généralisation ou l'extension du travail de 12 heures et la généralisation des plages de 7 heures par jour. Il doit recevoir les syndicats mardi après-midi dans le cadre de leur préavis de grève.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/