2 min de lecture Économie

Réforme de l'apprentissage : un dossier capital pour la lutte contre le chômage

ÉDITO - Devenir apprenti à tout âge, autoriser les mineurs à travailler jusqu'à minuit dans la restauration, revaloriser la rémunération : un rapport publié mardi 30 janvier fait 44 propositions pour redorer le blason de cette filière.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Réforme de l'apprentissage : un dossier capital pour la lutte contre le chômage Crédit Image : AFP / Martin Bureau | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a, depuis mardi 30 janvier, quarante-quatre propositions sur la table pour lancer la réforme de l'apprentissage.

Il s'agit du deuxième grand chantier social du quinquennat. C'est même un des chantiers dont la réussite est capitale. Il faut bien se souvenir que ce dossier est ouvert depuis Jacques Chirac. Le drame, c'est que c'est ouvert avec des résultats pitoyables, si on les compare aujourd'hui à la Suisse, à l'Allemagne et aux pays du Nord.

Nous ne formons au mieux que 400.000 apprentis par an. Pis encore, ce nombre est en baisse de 20% depuis dix ans, alors qu'on nous dit que c'est une voie royale pour l'insertion sur le marché de l'emploi.

À lire aussi
À partir du 1er novembre, les futurs allocataires de l'assurance chômage seront soumis à de nouvelles formules d'indemnisation. Budget
Chômage : le gouvernement vise 3 à 3,9 milliards d'euros d'économie

Tout ça, ce n'est pas faute de moyens. Il y a 8,5 milliards d'euros qui y sont dédiés chaque année. Le problème tient avant tout à l'inefficacité des investissements financiers, matériels et humains. Le système est asphyxié par l'enchevêtrement de dispositifs et de baronnies.

Des mesures pour débloquer la machine

Le cahier de propositions lève-t-il les obstacles et les pesanteurs ? Nous ne sommes pas dans un monde parfait, et les marchandages ne sont pas terminés. Pour autant, la ministre Pénicaud dispose d'un éventail de mesures qui pourraient, si elles étaient mises en œuvre avec sérieux, débloquer la machine.

Regardez en vrac. On pourrait délivrer des diplômes centrés sur des familles de métiers, avec des socles qui permettent ensuite une spécialisation. Exemple : un socle pour les métiers de l'énergie, du design ou des services à la personne, et ensuite une spécialisation.

On pourrait rapprocher et coordonner les lycées professionnels, les centres de formation pour les apprentis et les universités. On pourrait enfin ouvrir les formations aux élèves en cours de route, réguler la cacophonie des pouvoirs entre les régions, les branches professionnelles, les chambres consulaires et l'État.

Au moins deux blocages

Les pierres d'achoppement sont encore importants. Il y en a au moins deux, qui sont intiment liés. D'abord, les gros sous (comme toujours). La clarification des circuits opaques de la taxe d'apprentissage (3 milliards d'euros) oppose patronat et régions. À qui verser la part du lion ? La prise en charge des apprentis en dépend. Le coût moyen est de 19.000 euros dont, 8.000 euros de rémunération.

Il y a ensuite le partage des pouvoirs. Les régions veulent le conserver. Le Medef veut piloter les formations. L'Éducation nationale ne veut rien perdre de ses prérogatives. 

Sur le fond maintenant, les objectifs sont clarifiés. On saura dans six mois si la machine est en marche ou si les petits égoïsmes et les intérêts de boutique ont encore étouffé une réforme majeure dans la lutte contre le chômage et l'insertion des jeunes.

Le plus

Toyota, dont la production a augmenté de 2,5%, glisse néanmoins au troisième rang mondial des constructeurs derrière Renault et Volkswagen.

La note du jour

15/20 à la tour Eiffel. Le monument emblématique de la capitale vient de passer la barre symbolique des 300 millions de visiteurs depuis son inauguration en 1889.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Société Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792062786
Réforme de l'apprentissage : un dossier capital pour la lutte contre le chômage
Réforme de l'apprentissage : un dossier capital pour la lutte contre le chômage
ÉDITO - Devenir apprenti à tout âge, autoriser les mineurs à travailler jusqu'à minuit dans la restauration, revaloriser la rémunération : un rapport publié mardi 30 janvier fait 44 propositions pour redorer le blason de cette filière.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/reforme-de-l-apprentissage-un-dossier-capital-pour-la-lutte-contre-le-chomage-7792062786
2018-01-31 09:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/JaB0nvY57uggoVV6wj6Q9w/330v220-2/online/image/2018/0131/7792065955_un-apprenti-en-boucherie-le-20-fevrier-2017-a-paris-illustration.jpg