2 min de lecture Animaux

Réchauffement climatique : certaines espèces animales ont diminué de taille

VU DANS LA PRESSE - Des centimètres en moins, un changement de pelage, un cerveau qui augmente... S'il est connu que le réchauffement climatique menace certaines espèces animales de disparaître, il a aussi des effets importants sur leur morphologie.

Un bébé lièvre (Illustration)
Un bébé lièvre (Illustration) Crédit : Richard Austin / Rex Fe/REX/SIPA
Photo Esther
Esther Serrajordia Journaliste

Une mémoire d'éléphant. Le dicton a finalement plus de sens que l'on ne le croit. Les résultats d'une étude scientifique menée sur plusieurs années montre en effet que la taille du cerveau des éléphants s'est multipliée par quatre depuis leurs apparitions sur Terre.

Il y a 26 et 20 millions d'années, la planète a vu son climat se modifier. La première fois, l'Afrique s'est désertifiée à cause de la chaleur. La deuxième, le continent a vu l'arrivée d'un temps beaucoup plus chaud et humide. Résultat : la taille du cerveau des éléphants a augmenté.

Publiée dans Scientific Reports, l'étude a reconstitué le cerveau des mammifères. Pour les scientifiques, avoir un cerveau plus gros a permis aux éléphants de mieux s'adapter, notamment en explorant plus ou en migrant pour chercher de la nourriture. Le cerveau a également développé une meilleure capacité à se souvenir des points d'eau durant les périodes sèches par exemple. 

Les écureuils ont perdu jusqu'à 40% de leur taille

Si cette étude est récente, d'autres scientifiques avaient déjà travaillé sur les modifications physiques des animaux face au réchauffement climatique.

À lire aussi
Une tortue luth sur une plage de Guyane (illustration). animaux
Vendée : pourquoi des tortues luth s'échouent-elles sur les côtes ?

Deux biologistes de l'université de Singapour ont montré que la taille de certaines espèces animales a diminué avec l'augmentation de la température et du CO2 dans l'atmosphère. Ainsi, lors d'un réchauffement important il y a 55 millions d'années, des animaux ont perdu jusqu'à 75% de leur taille.

Celle des araignées, des guêpes, des fourmis ou des scarabées a diminué de 50 à 75%. Idem pour les écureuils et les rats qui sont devenus 40% plus petits.

Changement de couleur de pelage

D'après les scientifiques, il faut s'attendre à ce que les espèces vivantes d'aujourd'hui rapetissent également. Au cours des 20 dernières années, une quarantaine d'espèces ont diminué de taille : les ours polaires, les cerfs, les mouettes ou encore les tortues, par exemple.

Enfin, le pelage de certains mammifères comme le lièvre d'Amérique a changé de couleur à cause de la hausse des températures. Ce dernier adoptait un pelage blanc en hiver pour échapper à ses prédateurs. Mais, avec la fonte des glaces et la baisse de la neige, les lièvres conservent finalement leurs poils bruns toute l'année.

Si certaines espèces animales tentent donc de s'adapter aux changements de climat, d'autres peinent à le faire. 50% des espèces vivant dans les régions les plus riches en biodiversité risquent l'extinction d'ici 2080. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Découverte scientifique Études
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants