2 min de lecture Greenpeace

Rainbow Warrior : il y a 30 ans, le navire était coulé par des agents français

REPLAY - Le 10 juillet 1985, les services secrets français sabotaient le navire de Greenpeace qui voulait perturber les essais nucléaires dans le Pacifique.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Rainbow Warrior : il y a 30 ans, le navire de Greenpeace était coulé par les services secrets français Crédit Image : PATRICK RIVIERE / AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Julien Absalon

Le 10 juillet 1985, à 23h48 et 23h51, deux explosions déchirent la nuit d'Auckland, en Nouvelle-Zélande. Le Rainbow Warrior, le bateau de Greenpeace, coule à la suite d'une opération des services secrets français. Le navire devait partir pour Mururoa, dans l'archipel de Polynésie française, afin de protester contre les essais nucléaires français. Or, le photographe néerlandais de l'organisation écologiste, Fernando Pereira, meurt à bord, piégé par la deuxième détonation après être allé chercher son matériel.

L'affaire devient un fiasco pour la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Deux de ses agents ayant participé à l'opération sont arrêtés : Alain Mafart et Dominique Prieur, appelés les faux époux Turenge. Ils sont tous deux condamnés à dix ans de prison. Le reste du commando, des plongeurs, prend la fuite.

Le président Mitterrand et son gouvernement ébranlés

Mais ce naufrage prend vite la tournure d'une affaire d'État et les répercussions politiques sont énormes. Le Premier ministre Laurent Fabius dément alors avoir été informé de l'opération baptisée Satanique. "Ce sont des agents de la DGSE qui ont coulé ce bateau. Cette vérité a été cachée au conseiller d'État Bernard Tricot", déclarait le chef du gouvernement socialiste de l'époque.

>
Laurent Fabius : "Oui, c'est la DGSE qui a coulé le Rainbow Warrior" Durée : |

Il apparaît cependant que ce naufrage a été commandité par le ministre de la Défense, Charles Hernu. Il perd son poste, tout comme l'amiral Pierre Lacoste, l'ancien patron de la DGSE. Le président François Mitterrand est lui aussi éclaboussé car Pierre Lacoste affirmait qu'il était au courant. "Il m'a donné son accord", avait déclaré l'officier de marine.

À lire aussi
La banderole déployée par Greenpeace sur la grue surplombant Notre-Dame de Paris. environnement
Climat : Greenpeace déploie une banderole sur Notre-Dame de Paris

Trente ans après, le Rainbow Warrior reste ainsi le pire cas d'école pour la DGSE d'un point de vue opérationnel. Mais il s'agit aussi, et surtout, du moment où le sommet de l'État a tremblé. Aujourd'hui, ce chapitre sombre du premier septennat socialiste semble bien loin. Entre temps, Paris a présenté des excuses officielles, versé 8 millions d'indemnités à Greenpeace et les essais atomiques ont cessé en 1996.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Greenpeace Dgse Agent secret
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants