1 min de lecture Sécurité routière

Radars embarqués : "On nous reproche de ne pas flasher assez", s'étonne un élu

INVITÉ RTL - Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, est revenu sur le démarrage peu concluant des nouveaux radars embarqués.

Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Radars embarqués : "On nous reproche de ne pas flasher assez", s'étonne un élu Crédit Image : NICOLAS TUCAT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par William Vuillez

Depuis près d'un an, l'État a confié les contrôles de vitesse à des sociétés privées sur les routes de Normandie avec des radars installés dans des voitures banalisées. Mais cette opération s'est révélée peu concluante dans la Manche avec moins de 10 infractions par jour relevées. Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière était l'invité de RTL mercredi 8 mai.

"Ce que je trouve étonnant c'est qu'on nous reproche de ne pas flasher assez, alors que toutes les polémiques étaient sur le fait qu'on allait faire du fric", a déclaré le délégué. "Mes attentes étaient ailleurs. Il s"agissait de réaliser des procédures parfaitement conformes. On a eu beaucoup de difficultés techniques à résoudre.", ajoute-t-il.

Ces radars embarqués privés sont expérimentés depuis un an en Normandie mais la technologie n'est pas encore au point. "Il faut savoir que ces voitures sont toujours dans le flux de circulation, elles ne sont jamais arrêtées contrairement à celles de la police.", a expliqué Emmanuel Barbe.

Entre 6 et 8 heures de contrôle par jour

Pour le délégué interministériel à la Sécurité routière, l'objectif "c'était le nombre d'heures que ces voitures tournaient". Ces opérateurs privés avaient annoncé au début de l'expérimentation entre 6 et 8 heures de contrôle chaque jour. Des chiffres qui devraient être atteints "d'ici juillet" selon le délégué.

À lire aussi
Une zone 30 dans les rues de Paris sécurité routière
VIDÉO - Lille : la vitesse autorisée limitée à 30km/h en ville

"Nous sommes dans un cadre pénal, avec des règles de validation extrêmement précises et mon objectif, atteint jusqu'à ce jour, est qu'aucune personne ayant reçu une contravention, ne l'a conteste", poursuit-il.

Avec la crise sociale des "gilets jaunes" les 3/4 des radars ont été dégradés ou détruits. Aujourd'hui, quant à leur remise en service, Emmanuel Barbe a refusé de nous livrer des chiffres, estimant que "souvent quand on les remet en fonction, les mêmes qui les ont cassé veulent les ré-abimer tout de suite".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité routière Radars Invite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797587490
Radars embarqués : "On nous reproche de ne pas flasher assez", s'étonne un élu
Radars embarqués : "On nous reproche de ne pas flasher assez", s'étonne un élu
INVITÉ RTL - Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, est revenu sur le démarrage peu concluant des nouveaux radars embarqués.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/radars-embarques-on-nous-reproche-de-ne-pas-flasher-assez-s-etonne-un-elu-7797587490
2019-05-08 14:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7b1eaefK3N3teg56N108yg/330v220-2/online/image/2019/0508/7797587600_un-radar-embarque.jpg