2 min de lecture Économie

À quoi sert le Conseil économique, social et environnemental, que Macron veut réformer ?

ÉDITO - Le président Emmanuel Macron a annoncé lundi 3 juillet une réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese) pour qu'il redevienne un "trait d'union" entre la société civile et les instances politique.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
À quoi sert le Conseil économique, social et environnemental, que Macron veut réformer ? Crédit Image : AFP / Archives, Jacques Demarthon | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese), qu'Emmanuel Macron souhaite réformer, est la troisième assemblée de la République, mais sa voix reste peu audible et son coût est décrié. C'est une sorte d'ovni institutionnel, créé entre les deux guerres et à l'utilité contesté. Il a longtemps été une sorte de maison de retraite pour personnalités ayant perdu leurs ressources ou leurs fonctions. François Mitterrand avait ainsi nommé Georgette Lemaire, une chanteuse désargentée. C'est une sorte de Pôle Emploi de luxe, installé au Palais d'Iéna à Paris.

Sont nommées dans cet hémicycle 233 personnes : des conseillers et des conseillères qui représentent les syndicats, les associations, les ONG. En un mot, la société civile. L'idée est de faire le lien entre le monde politique et la "vraie France" en faisant des rapports qui sont soumis au vote de cette assemblée. Les conseillers sont assistés de quelque 140 fonctionnaires. Le tout avec un budget d’une quarantaine de millions d’euros, qui est la cible régulière des critiques de la Cour des comptes.

Cette dernière lui reproche l'emploi des fonds publics, fait sans contrôleur. Mais aussi le temps de travail des fonctionnaires, qui est l'un des plus bas de France, avec onze semaines de congés payés et quatorze jours fériés, le tout avec un salaire moyen de 55.000 euros par an. Autre cible : le régime de retraite des conseillers, qui sert plus de 1.000 euros de retraite par tête pour des mandats de cinq à dix ans, alors que la plupart des bénéficiaires ont déjà une retraite correspondant à leurs activités antérieures, et qu'ils touchent 3.700 euros par mois pour rémunérer leur travail au Conseil.

La voix du Conseil reste peu audible et son coût est décrié

François Lenglet
Partager la citation

Le précédent président du Cese, Jean-Paul Delevoye, avait déjà commencé à nettoyer sérieusement, avec une réforme des retraites, par exemple, qui a limité le déficit extravagant du régime. En moralisant la passation des marchés, qui était un véritable scandale. En simplifiant le régime des primes, d'une complexité inouïe. Et en tentant de remettre un peu d’ordre dans la gestion du personnel. Mais le travail n'est pas fini.

Ces rapports faits par le Conseil portent sur tout et rien. Il y a de très bons rapports, mais ils prennent la poussière dans le Palais d'Iéna. Car les deux autres assemblées - Palais Bourbon et palais du Luxembourg - produisent les leurs bien souvent.

À lire aussi
Virginie Calmels invitée de RTL François Fillon
Virginie Calmels regrette que François Fillon n'ait pas "gagné" en 2017

Exemple : le dernier rapport en date s'appelle "Combattre l'isolement social pour plus de cohésion et de fraternité". Le Conseil préconise "de mobiliser les forces sociales dans une vision transversale, de susciter de nouvelles complémentarités, notamment entre implications citoyennes et action publique, et en partant de la plus grande proximité, de créer des modes de coopération et de gouvernance innovants". Si vous avez compris, vous êtes mûr pour entrer au Palais d'Iéna !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Institutions Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants