3 min de lecture Environnement

Quelle différence entre le jour du dérèglement et le jour du dépassement ?

DÉCRYPTAGE - Après le "jour du dépassement" qui signifie que l'humanité a dépensé la totalité des ressources que la Terre peut générer en une année, vient le "jour du dérèglement". À partir de ce jeudi 5 mars, la France a émis autant de CO2 qu'elle devra le faire en un an en 2050 selon ses engagements.

Emmanuel Macron accompagné de scientifiques en visite à la mer de glace dans les Alpes
Emmanuel Macron accompagné de scientifiques en visite à la mer de glace dans les Alpes Crédit : DENIS BALIBOUSE / POOL / AFP
Marie Gingault

Les climatosceptiques risquent de grincer des dents. Ce 5 mars 2020 symbolise le "jour du dérèglement". Une journée qui signale que la France, à compter de cette date, est en dette climatique. 

Ce jour, qui reviendra les années suivantes, a été mis en place par l'Affaire du siècle, une campagne de justice climatique portée par quatre ONG : Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme, Greenpeace France et Oxfam France. En 2019, ces organisations avaient décidé de déposer un recours contre l'État français pour "inaction climatique".


Le "jour du dérèglement" n'est pas sans rappeler le "jour du dépassement" qui était fixé le 29 juillet en 2019. Même si ces journées alertent toutes deux sur l'urgence climatique, elles n'ont pas les mêmes indications. 

"Le jour du dépassement" calculé par Global Footprint Network est un indicateur de l’empreinte écologique humaine globale sur Terre. C’est le moment où l’Homme prélève davantage de ressources que ce que la planète produit en une année. Le jour du dérèglement en revanche se concentre exclusivement sur le climat, à savoir les émissions carbone, et pour la France" a indiqué Célia Gautier à Numerama

Le "jour du dérèglement" illustre le retard de la France sur la neutralité carbone

À lire aussi
Australie : un navire perd sa cargaison de masques, les plages souillées de plastique. pollution
Australie : un navire perd sa cargaison de masques, les plages souillées de plastique

Ce nouveau "jour du dérèglement" a pour but de dénoncer l’inadéquation entre les objectifs politiques fixés et la réalité. L'objectif est donc de repousser ce "jour du dérèglement" au 31 décembre, afin de respecter les engagements de l'État français qui s'est donné pour objectif d'être neutre en carbone en 2050. Pour y parvenir, la France ne pourra rejeter à compter de 2050, que 80 mégatonnes de CO2, ce qui est le seuil maximal que la biosphère est capable de stocker.

Comme le révèle l'Affaire du siècle sur son site, à cette date du 5 mars 2020, la France a déjà émis ces 80 mégatonnes de CO2, soit en deux mois et cinq jours. À compter d'aujourd'hui l'hexagone a donc épuisé son compte carbone et vivra à découvert jusqu'à la fin de l'année. 

Comme le précisent ces quatre ONG, si la France poursuit se rythme, la neutralité carbone sera atteinte en 2085, soit 35 ans après la date fixée. Le "jour du dérèglement" met donc en avant ce retard et appel au changement. 

"Il nous reste moins d’une génération – 30 ans – pour faire reculer le jour du dérèglement. Moins d’une génération pour mener une transformation sans précédent de tous les systèmes : énergie, alimentation, transports, logement, industrie, gestion des terres. Il n’y a plus un seul jour à perdre. Plus l’État tarde, et plus l’atteinte de la neutralité carbone sera compromise et/ou se fera dans la douleur pour une grande partie de la société" alerte le communiqué.

Le "jour du dépassement" illustre le retard mondial sur l'empreinte écologique humaine globale

Si le "jour du dérèglement" alerte sur le cas particulier de la France, le "jour du dépassement" quant à lui est un calcul mondial. En effet, tous les ans, l'ONG Global Footprint Network calcule conjointement avec la WWF "le jour de dépassement". Ce jour symbolise "la date à laquelle l'empreinte écologique, dépasse la bio-capacité de la planète" selon l'ONG.

Pour réaliser ce calcul, les ONG s'appuient sur 200 pays et leurs trois millions de données statistiques, explique WWF. Comme l'organisation le révèle sur son site, la date du jour du dépassement ne cesse d'avancer depuis les années 1970. Si en 1998 le "jour du dépassement" avait lieu le 30 septembre, vingt ans plus tard elle arrive deux mois plus tôt.

Infographie sur le "jour du dépassement" au fil des années
Infographie sur le "jour du dépassement" au fil des années Crédit : Simon MALFATTO, Paz PIZARRO / AFP

Global Footsprint Network s'est questionné sur combien de planètes Terre faudrait-il en fonction de la consommation des différents pays. Et le résultat a de quoi inquiéter : il faudrait 2,7 Terre si l'humanité vivait comme les Français, 3 Terre si elle vivait comme les Allemands, ou encore 5 Terre si elle vivait comme les États-Unis, qui sont les plus gros consommateurs de carbone. Pour subvenir aux besoins de l'humanité il faudrait 1,75 Terre.

Pour faire reculer ce jour, les organisations recommandent ne serait-ce que de commencer par changer d'alimentation. "Divisez par deux notre consommation de protéines animales nous permettrait de gagner 15 jours par an" déclare WFF. 

Que ce soit le "jour du dépassement" ou le "jour du dérèglement", ces deux journées alertent sur la situation climatique actuelle et prônent le changement. Toutes deux abordent les "dettes" de l'humanité et de la France, et ont un objectif clair : faire reculer ces deux dates. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Climat Changement climatique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants