3 min de lecture Autisme

Qu'est-ce que l'autisme, ce "trouble envahissant du développement" ?

ÉCLAIRAGE - Chaque année, le 2 avril est la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. 400.000 personnes en seraient atteintes en France.

Une bénévole joue avec une enfant autiste à Courbevoie.
Une bénévole joue avec une enfant autiste à Courbevoie. Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Plus de 650.000 personnes en France seraient atteintes du trouble du spectre de l'autisme (TSA), soit une personne sur cent, selon la Fédération française Sésame Autisme. Chaque année, le 2 avril, une journée mondiale de sensibilisation à l'autisme a pour but d'informer le public sur les réalités de ce trouble du développement et de mettre dans le même temps la pression sur les pouvoirs publics.

L'Inserm définit l'autisme comme "un trouble envahissant du développement (TED), qui se manifeste par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer". L'Organisation mondiale de la Santé ne la classe plus dans les affections psychologiques et psychiatriques. En clair, une personne autiste rencontre des problèmes de langage et de communication non verbale. Parmi les TED, le plus connu est le syndrome d'Asperger, une forme particulière de l'autisme, qui se caractérise par un bon développement intellectuel.

Si ce trouble est encore mal connu, "un consensus international toujours plus large attribue les causes de l’autisme à une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux", note par ailleurs la Fondation Autisme. L'association ajoute que l'autisme "affectant le développement du système nerveux et des fonctions cognitives dès la petite enfance, l’évolution du handicap est lié à la précocité du dépistage et de la mise en place d’un traitement de type éducatif." Les premiers signes n’apparaissent pas dès la naissance, mais entre 18 et 24 mois et se poursuivent à l'âge adulte. Il ne se guérit pas.

80% des enfants autistes ne sont pas scolarisés

Par le passé, l'État a consacré trois plans à l'autisme. Le dernier en date s'étend de 2013 à 2017. 205 millions d'euros, soit 18 millions d'euros de plus que le précédent, ont été dégagés par le gouvernement "pour financer cinq axes d'intervention" : le diagnostic précoce, l'accompagnement tout au long de la vie depuis l'enfance, le soutien aux familles, la recherche et la formation de l'ensemble des acteurs de l'autisme.

À lire aussi
Parlons-nous - Dublanche Parlons-nous
Réaliser les rêves de ses parents

En effet, les familles d'enfants autistes s'indignent régulièrement devant le manque de formation des auxiliaires de vie scolaire (AVS). Conséquence : 80% des enfants autistes ne sont pas scolarisés et 1% des adultes autistes seulement occupent un emploi. L'association SOS Autisme France réclame des "formations qualifiantes et diplômantes" pour les AVS et une "sensibilisation" de tous les personnels concernés.

Des enfants autistes français contraints de vivre en Belgique ?

Invitée de RTL dimanche 2 avril, Christine Meignien, présidente de Sésame Autisme, regrettait que "la France accepte d'exiler nos enfants en Belgique". Selon l'Inspection générale des Affaires sociales (Igas), 1.451 enfants handicapés, dont une proportion "conséquente" atteints d'autisme, étaient accueillis dans des établissements belges fin 2015 en raison du manque de place dans les établissements spécialisés. Un an plus tôt, le 21 avril 2016, c'était au tour d'Olivia Cattan, présidente de SOS Autisme, de monter au créneau contre la politique du gouvernement en la matière : "La gauche déserte complètement ce monde du handicap et s'en fout", estimant que les enfants autistes "sont abandonnés" et considérés comme des "sous-citoyens". 

Vers un quatrième plan autisme ?

Les associations, telles que Sésame Autisme, se battent pour qu'un quatrième plan Autisme voie le jour dès l'année prochaine pour notamment "offrir une vision à 20 ans, de mettre en oeuvre les droits de toute personne à vivre dans une société inclusive" par le travail, le logement et l'autonomie. Par ailleurs, l'association SOS Autisme France fait 10 propositions à l'attention des candidats à la présidentielle pour "changer le quotidien" des enfants et adultes autistes, dans une campagne télévisée soutenue par plusieurs personnalités. L'association demande notamment une formation spécialisée des professionnels de santé, le financement d'unités de recherche, ainsi que l'arrêt de l'utilisation du mot "autiste" de façon péjorative

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Autisme Santé Handicap
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants