1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Puisseguin : l'explosion d'un réservoir à l'origine de l'accident
2 min de lecture

Puisseguin : l'explosion d'un réservoir à l'origine de l'accident

43 personnes sont mortes, dont un enfant, après une collision frontale entre un camion et un car près de Puisseguin, le 23 octobre 2015.

Puisseguin (Gironde) : des enquêteurs participent à l'enlèvement des carcasses du camion et du car le 26 octobre 2015.
Puisseguin (Gironde) : des enquêteurs participent à l'enlèvement des carcasses du camion et du car le 26 octobre 2015.
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Félix Roudaut & AFP

Huit mois après l'accident dramatique survenu entre un car et un poids lourd à Puisseguin (Gironde), les causes du drame sont connues. Selon les derniers éléments de l'enquête pilotée par la gendarmerie de Bordeaux, l'explosion d'un réservoir situé à l'arrière du camion est à l'origine de l'incendie qui a embrasé les deux véhicules, tuant 43 personnes

Lors de la collision, un outil entreposé dans le coffre du poids lourd est venu perforer le réservoir, libérant des gouttelettes de gasoil qui se sont aussitôt enflammées. "Les vitres du car brisées sous l'effet du choc de la collision ont alors créé un appel d'air qui a accéléré la propagation de l'incendie dans le car", précise une personne proche de l'enquête. Les victimes, principalement des personnes âgées à mobilité réduite, sont mortes asphyxiées ou brûlées vives

Accident le plus meurtrier en France depuis 1982

À ce stade, l'enquête n'apporte pas de réponse quant aux raisons de la perte de contrôle du semi-remorque qui a provoqué l'accident le plus meurtrier en France depuis 1982. Le véhicule s'est retrouvé en portefeuille en travers de la chaussée, à l'entrée d'un virage de la départementale 17 entre Puisseguin et Saint-Genès-de-Castillon, près de Saint-Émilion, avant d'aller percuter le car du club du troisième âge de Petit-Palais qui arrivait à petite vitesse en sens inverse. Le conducteur, décédé dans l'accident avec son fils de 3 ans, "n'était pas en communication au téléphone au moment de la collision".

La courbe où s'est produit l'accident était réputée dangereuse, mais "ni la signalétique, ni l'état de la chaussée ne sont en cause", selon la même source. Parallèlement à l'enquête pénale, confiée au parquet de Libourne, le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre poursuit des investigations techniques. Les conclusions de cette investigation seront présentées aux victimes et à leurs proches en septembre.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/