3 min de lecture Terrorisme

Projet d'attentat déjoué : l'arrestation de Reda Kriket a permis d'éviter "une attaque d'une extrême violence"

Les enquêteurs ont mis la main sur un arsenal "d'une ampleur inédite" dans l'appartement de Reda Kriket à Argenteuil, perquisitionné le 24 mars.

François Molins, le procureur de la République de Paris
François Molins, le procureur de la République de Paris Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

Le pire a sûrement été évité. L'interpellation du terroriste présumé Rida Kriket a permis de mettre la main sur un arsenal "d'une ampleur inédite". Une découverte qui étaye la thèse d'une "action terroriste imminente", selon les propos du procureur de la République de Paris, François Molins. "À ce stade des investigations si aucune cible précise projetée n'a pu être identifiée, tout laisse néanmoins à penser que la découverte de cette cache a permis d'éviter la commission d'une action d'une extrême violence par un réseau terroriste prêt à passer à l'acte", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse ce mercredi 30 mars.

Principal suspect dans une enquête sur un projet d'attentat en France, Reda Kriket a été mis en examen mercredi par un juge antiterroriste et placé en détention.

L'arsenal glaçant retrouvé dans l'appartement

L'appartement à Argenteuil, que le suspect réglait chaque mois en liquide, était rempli d'armes et d'explosifs variés. La perquisition a en effet permis de découvrir plusieurs éléments chimiques, "en l’occurrence trois bouteilles d'eau oxygénée, de l'acétone, un tupperware avec 105 grammes de TATP, deux bidons plastiques de 10 et 15 centilitres avec de l'acide, un grand bécher, des doseurs, des seringues, une balance électronique, des gants et des masques de protection", a listé François Molins. 

À lire aussi
Le drapeau du Hezbollah flotte à Londres, une puissante milice chiite inscrite sur la liste des organisations terroristes européenne jihad
Terrorisme islamiste : 4 questions autour du jihad chiite

Mais le butin récupéré par les enquêteurs ne s'arrête pas là avec différents éléments électriques retrouvés parmi lesquels "un détonateur à seringue rempli de poudre avec alimentation, un sac rempli de tête de guirlandes découpées pouvant servir de détonateur en les remplissant de TATP et des composants pouvait être utilisés pour la confection de détonateur". Un coffre-fort présent dans l'appartement contenait également "6 fioles de glycérine, 1,3 kg d'explosifs industriels, 5 Kalachnikov, 1 pistolet mitrailleur et des bombes lacrymogènes", a précisé le procureur de la République.

Un passage en Syrie fin 2014 ?

L'exploitation du contenu de deux ordinateurs a par ailleurs permis de faire apparaître "de la documentation en lien avec des groupes jihadistes ainsi que la fabrication artisanale de produits explosifs". Reda Kriket et Anis Bahri, interpellé dimanche 27 aux Pays-Bas dans cette enquête à la demande des autorités françaises, sont "soupçonnés" de s'être rendus en Syrie entre "fin 2014 et début 2015". Depuis leur retour, ils étaient suspectés "de faire des aller-retours entre la France, la Belgique et les Pays-Bas", a révélé le procureur de la République. 

Reda Kriket affirme qu'il n'est pas un "terroriste"

À l'issue de six jours de garde à vue, une durée exceptionnelle, Reda Kriket, 32 ans, a notamment été mis en examen pour "participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle, c'est-à-dire en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteinte aux personnes", "acquisition, détention et cession d'armes de catégories A et B en bande organisée", "fabrication en bande organisée d'engins explosifs ou incendiaires", "détention et transports de substances et produits incendiaires ou explosifs en vue de la préparation d'atteinte aux personnes par substance explosive", "toute infraction en relation avec une entre terroriste", a détaillé le procureur. 

Le natif de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine était sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis en 2014 par la France alors que le jeune homme était parti en Syrie. Il a également été condamné en son absence à dix ans de prison par la justice belge en décembre 2015, lors d’un procès impliquant plusieurs membres d’une filière djihadiste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Attentat Jihad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782614765
Projet d'attentat déjoué : l'arrestation de Reda Kriket a permis d'éviter "une attaque d'une extrême violence"
Projet d'attentat déjoué : l'arrestation de Reda Kriket a permis d'éviter "une attaque d'une extrême violence"
Les enquêteurs ont mis la main sur un arsenal "d'une ampleur inédite" dans l'appartement de Reda Kriket à Argenteuil, perquisitionné le 24 mars.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/projet-d-attentat-dejoue-l-arrestation-de-reda-kriket-a-permis-d-eviter-une-attaque-d-une-extreme-violence-7782614765
2016-03-30 20:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OErSSMlh6N5efGjttM_YUg/330v220-2/online/image/2015/0512/7778317688_francois-molins-le-procureur-de-la-republique-de-paris.jpg