2 min de lecture Dr Bonnemaison

Procès Bonnemaison : cinq ans de prison avec sursis requis contre l'ex-urgentiste

La défense en a appelé une nouvelle fois "au courage" des jurés de la Cour d'assises du Maine-et-Loire pour acquitter l'urgentiste une seconde fois.

L'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison et l'un de ses avocats à Angers, le 23 octobre 2015.
L'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison et l'un de ses avocats à Angers, le 23 octobre 2015. Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Marine Cluet et AFP

Nicolas Bonnemaison sera-t-il de nouveau acquitté ce samedi 24 octobre ? À la veille du verdict de la Cour d'assises du Maine-et-Loire, cinq ans de prison avec sursis ont été requis vendredi contre l'ex-urgentiste pour "empoisonnement" de patients en fin de vie. Une peine modérée alors que l'ancien médecin encourt en théorie la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir volontairement donné la mort à sept patients âgés en phase terminale, sans en informer les familles.

Une nouvelle fois, la défense de Nicolas Bonnemaison en a appelé aux jurés au "courage" pour acquitter l'urgentiste une seconde fois. "J'ai besoin d'hommes et de femmes courageux et courageuses qui disent non à cet acharnement judiciaire", a tonné Me Arnaud Dupin, l'un des avocats de la défense. En juin 2014 à Pau, le médecin bayonnais de 54 ans avait été acquitté par la Cour d'assises des Pyrénées-atlantiques.

"Soulager" les patients, pas "les tuer"

Avant lui, et dans les mêmes termes exactement qu'à Pau, l'accusation a reconnu que l'ancien médecin n'est "pas un assassin, pas un empoisonneur au sens commun de ces termes". Mais il a bien "provoqué la mort délibérément" de six des sept malades, en leur injectant des produits létaux pour "hâter la fin", a asséné l'avocat général, Olivier Tcherkessoff dans un réquisitoire au ton sévère, contrastant avec la peine requise. "Monsieur Bonnemaison s'est mis lui-même hors de la loi, la loi médicale, mais aussi la loi pénale", a-t-il ajouté.

À lire aussi
L'urgentiste Nicolas Bonnemaison à son arrivée pour son procès au tribunal de Pau le mercredi 11 juin 2014 fin de vie
Après sa tentative de suicide, l'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison n'est plus en danger de mort

Tout au long des deux semaines du procès, Nicolas Bonnemaison, a martelé avoir cherché à "soulager, pas tuer", face à des patients en agonie, en souffrance de toute fin de vie.  Comme à Pau, praticiens, familles de patients et de l'urgentiste, grands témoins sur la fin de vie, dont les ex-ministres Bernard Kouchner, Michèle Delaunay et le député Jean Leonetti, père de textes de loi sur la fin de vie, sont venus témoigner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Dr Bonnemaison Procès Euthanasie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780230496
Procès Bonnemaison : cinq ans de prison avec sursis requis contre l'ex-urgentiste
Procès Bonnemaison : cinq ans de prison avec sursis requis contre l'ex-urgentiste
La défense en a appelé une nouvelle fois "au courage" des jurés de la Cour d'assises du Maine-et-Loire pour acquitter l'urgentiste une seconde fois.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/proces-bonnemaison-cinq-ans-de-prison-avec-sursis-requis-contre-l-ex-urgentiste-7780230496
2015-10-24 08:51:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lDO7QU_oKVPeY4RYdq9Sfg/330v220-2/online/image/2015/1024/7780230512_bonnemaison.jpg