1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Prisons : une solution pour en finir avec les téléphones portables ?
2 min de lecture

Prisons : une solution pour en finir avec les téléphones portables ?

DOCUMENT RTL - Depuis 15 mois, l'établissement pénitentiaire de Montmédy dans la Meuse a installé des téléphones fixes dans les cellules des détenus.

Des gardiens de prison (illustration)
Des gardiens de prison (illustration)
Crédit : JOHANNA LEGUERRE / AFP
Prisons : une solution pour en finir avec les téléphones portables ?
01:58
Dimitri Rahmelow & Marie Zafimehy

Cette semaine, la ministre de la Justice Nicole Belloubet estimait que cette idée n'était "pas absurde". Depuis 15 mois, le centre de détention de Montmédy dans la Meuse, a installé des téléphones fixes dans les cellules des détenus. L'objectif : lutter contre le trafic de téléphones portables qui sévit dans le milieu carcéral.

"On a un code à six chiffres qu'on entre en premier. On compose notre numéro et on a notre famille tout de suite", se réjouit un détenu quinquagénaire au micro de RTL. Le téléphone filaire fait désormais partie de l'équipement de sa chambre au même titre que la table, l'armoire et la télé. Dans toutes les cellules, exceptées celle du quartier disciplinaire, le téléphone est posé au mur et relié par un câble à une box sous scellé.

Ce dispositif nécessite un investissement de 6.000 euros. Les détenus paient leurs communications 20% moins cher que dans les cabines et donnent à l'avance une liste de numéros et l'identité des correspondants. Près de la moitié d'entre eux sont clients. "Ça nous permet de téléphoner aux familles, surtout aux gens qui travaillent la journée, de les avoir le soir. C'est beaucoup plus intime c'est magnifique", poursuit le détenu. Chaque appel est enregistré et peut être réécouté par l'administration.

Un bilan mitigé

L'installation des téléphones fixes dans les cellules a deux objectifs pour le directeur du centre Philippe Godefroy : "augmenter le maintien des liens familiaux" et "limiter l'usage de la téléphonie portable". Le dispositif bénéficie également au personnel du centre pénitentiaire. "On les sent un petit peu plus apaisés donc inévitablement ça évite un certain nombre de conflits", analyse Louis Laurent, lieutenant pénitentiaire à la prison de Montmédy.

À lire aussi

De 4.000 minutes avant l'installation des "point-phones", le temps de communication mensuel est passé à un nombre compris entre 16.000 et 17.000 minutes. Mais le bilan reste mitigé, note Philippe Godefroy. "On n'a pas noté de baisse significative de la saisie de téléphones portables", explique le directeur du centre. Une dizaine d'installations a par ailleurs été détruite par les détenus, qui devront rembourser 300 euros pour la box, et 70 euros pour le combiné.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/