1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Présidentielle américaine : "Éviter de dire que les choses sont faites", pour Beaujour
1 min de lecture

Présidentielle américaine : "Éviter de dire que les choses sont faites", pour Beaujour

INVITÉS RTL - Alain de Chalvron et Jean-Claude Beaujour commentent la situation politique des États-Unis avec une élection toujours suspendue à une poignée d'États clefs.

Donald Trump et Joe Biden devant leurs supporters (illustration)
Donald Trump et Joe Biden devant leurs supporters (illustration)
Crédit : MANDEL NGAN, JIM WATSON / AFP
Présidentielle américaine : "Éviter de dire que les choses sont faites", pour Beaujour
09:01
Présidentielle américaine : "Éviter de dire que les choses sont faites", pour Beaujour
09:01
Présidentielle américaine : "Il faut éviter de dire que les choses sont faites", affirme Jean-Claude Beaujour
09:10
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier - édité par Venantia Petillault

L'Amérique n'a toujours pas tranché entre ses deux candidats Trump et Biden. Alain de Chalvron, grand reporter international et Jean-Claude Beaujour, avocat au barreau de Paris et vice-président de France-Amérique commentent l'élection présidentielle américaine qui est toujours en cours depuis le 3 novembre. 

"Cette configuration n'était pas impossible car cette année il y a eu un record de votes par correspondance. Ce ne sont pas des bulletins de vote mais des dossiers de vote, ce sont deux pages à dépouiller. Les États-Unis c'est 50 États avec potentiellement 50 législations nationales, donc là où un État va dire qu'il va dépouiller de manière anticipée, d'autres diront qu'ils ne dépouilleront rien avant le vote du 3 novembre", explique Jean-Claude Beaujour. 

"D'habitude les Américains ne votent pas plus que 50-60%. Là c'est bien au-delà. Il y a énormément de bulletins à dépouiller et dans le contexte de tensions extrêmes, je pense que ceux qui dépouillent font vraiment attention à ce qu'il n'y ait pas d'erreur", assure Alain de Chalvron.

Bien que Joe Biden ait fait un discours sans ambiguïté ce samedi 7 novembre, Jean-Claude Beaujour tient à rester prudent quant à l'issue de l'élection : "Tant que le dépouillement n'est pas terminé il faut éviter de dire que les choses sont faites, c'est une précaution juridique. Aujourd'hui il y a une tendance qui se dégage pour Biden. Cette année, Trump fait environ 20% à Philadelphie, donc on peut se dire en terme d'historique politique, cela devrait plutôt favoriser Joe Biden".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/