3 min de lecture Économie

Prélèvement à la source : au cœur d'une réforme mal pensée et saugrenue

ÉDITO - Le président du Medef, Pierre Gattaz, veut repousser l'entrée en vigueur de cette mesure baroque. L'occasion de visiter avec le journaliste François Lenglet ce monument de complexité administrative française.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Prélèvement à la source : au cœur d'une réforme mal pensée et saugrenue Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Le fameux prélèvement à la source des impôts sur le revenu, qui doit intervenir au 1er janvier prochain, fait à nouveau des vagues. Invité du Grand Jury dimanche 25 mars sur RTL, Pierre Gattaz, le président du Medef, a demandé un "moratoire" d'un an pour sa mise en oeuvre.

Ce sont, en effet, les entreprises qui sont aux premières loges pour cette affaire. Car ce sont elles qui vont prélever l'impôt sur nos fiches de paie (pour les salariés du moins) pour le transmettre à Bercy.

En principe, pour faire cela, elles auront reçu de l'Administration fiscale un taux de prélèvement à appliquer. Un pourcentage établi par Bercy pour chacun d'entre nous, à partir de notre déclaration de revenus.

À lire aussi
Logos de banques, à Rennes, le 12 septembre 2011. (illustration) banques
Gel des tarifs bancaires en 2019 : un "cadeau" qui s'élève à moins d'un euro

L'entreprise transformée en percepteur ?

Qu'est-ce qui gêne vraiment les entreprises là-dedans ? Tout. D'abord sur le plan technique, il faut que tous les logiciels de paye intègrent le nouveau prélèvement. Ce n'est pas évident. C'est une charge de plus à gérer pour les entreprises (les petites en particulier).

Ensuite, cela veut dire que l'entreprise se transforme de facto en percepteur, ce qui change la nature de ses relations avec le salarié. C'est désormais à son patron ou à son DRH qu'un salarié va s'adresser s'il estime qu'il a été trop prélevé.

Enfin, ceux qui ont plusieurs employeurs, ceux qui enchaînent les contrats courts et les premières embauches, sont autant de cas particuliers qu'il va falloir gérer.

Une dimension idéologique

Le prélèvement à la source marche très bien à l’étranger. Pourquoi serait-il impossible en France ? En fait l'impôt n'est pas du tout le même chez nos voisins, où il est beaucoup plus simple. La plupart du temps, il n'y a pas de quotient familial, il n'y a que peu de niches.

En France, cette réforme, décidée sous Hollande, n'a pas été pensée. On n'a pas simplifié l’impôt sur le revenu avant de le prélever ainsi. C'était une réforme saugrenue, sans aucun intérêt pour le contribuable. Puisque bon nombre d'entre eux sont d'ores et déjà mensualisés, avec la possibilité de faire varier leurs mensualités d'un mois sur l'autre en fonction de leurs rentrées.

Cette réforme, décidée sous François Hollande, n'a pas été pensée

François Lenglet
Partager la citation

Elle avait une dimension idéologique, destinée à préparer une CSG à taux progressif. Encore un monstre fiscal comme la France en produit de temps à autres. Curieusement, Emmanuel Macron a maintenu cette réforme, sous la pression de Bercy, qui tient dur comme fer à ce chef d'œuvre technocratique.

En principe, la mise en œuvre est prévue pour janvier prochain, s'il n'y a pas de moratoire. Cela veut dire que le salaire net des Français va encore changer, à la baisse cette fois-ci, puisqu'il va se trouver amputé de la quote-part d'impôt sur le revenu prélevée chaque mois "à la source" comme on dit, c'est-à-dire directement sur le salaire.

Même si cela ne change pas formellement le pouvoir d'achat, l'effet psychologique pourrait être significatif, limitant les dépenses de consommation des Français, à un moment où leur croissance fléchit déjà et où la reprise n'est pas si forte.

Trois changements de salaire en un an

"Nous sommes en convalescence", dit Pierre Gattaz, non sans raison. Sans compter que le salaire net des Français aura changé trois fois sur un an. En janvier 2018, augmentation de la CSG et baisse des charges, avec un solde net à peine positif pour les salariés, et négatif pour les retraités.

En octobre prochain : nouvelle baisse des charges, qui doit améliorer le net des salariés. Et trois mois plus tard, janvier 2019 : prélèvement à la source, qui va amputer sérieusement la fiche de pays de tous les imposables. De quoi rendre la politique fiscale Macron complètement illisible. Voire un peu incohérente.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Fiscalité Medef
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792776065
Prélèvement à la source : au cœur d'une réforme mal pensée et saugrenue
Prélèvement à la source : au cœur d'une réforme mal pensée et saugrenue
ÉDITO - Le président du Medef, Pierre Gattaz, veut repousser l'entrée en vigueur de cette mesure baroque. L'occasion de visiter avec le journaliste François Lenglet ce monument de complexité administrative française.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/prelevement-a-la-source-au-coeur-d-une-reforme-mal-pensee-et-saugrenue-7792776065
2018-03-26 09:46:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/YD4LGqqxQDHaLPeIpXg2zg/330v220-2/online/image/2018/0326/7792776941_un-centre-des-impots-illustration.jpg