1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pourquoi les médecins sont en grève jeudi et vendredi
2 min de lecture

Pourquoi les médecins sont en grève jeudi et vendredi

Médecins et biologistes libéraux sont appelés à fermer cabinets et laboratoires jeudi 1er et vendredi 2 décembre, pour réclamer notamment des hausses de tarifs.

Un médecin (illustration)
Un médecin (illustration)
Crédit : Online Marketing / Unsplash
Pourquoi les médecins sont en grève jeudi et vendredi
00:01:48
Nathan Bocard - édité par William Vuillez

Un rassemblement est prévu ce jeudi à 14 heures à Paris près du ministère de la Santé. Une vingtaine d'actions sont annoncées aussi dans d'autres grandes villes de France. Mais c'est surtout le nombre de cabinets médicaux et de laboratoires fermés dès ce jeudi 1er décembre qui permet de mesurer l'ampleur de la grève des médecins libéraux et des biologistes prévue pendant 2 jours. Il est rare, même très rare que les médecins soient en grève. Le collectif "Médecins pour demain" à l'origine du mouvement évoque même un mouvement inédit.

C'est d'abord le tarif, jugé trop bas, de leur consultation qui suscite la colère. Ils demandent une revalorisation pour se calquer sur la moyenne européenne. Elle se situe à 46 euros par consultation selon "Médecins pour demain", presque le double du tarif appliqué en France. Cela permettrait deux choses : d'abord faire face à l'augmentation des coûts pour les médecins libéraux. Comme toutes les entreprises, ils voient l'inflation réduire leurs revenus. Mais surtout, cette revalorisation permettrait selon les grévistes d'embaucher. Ils soulignent particulièrement le besoin d'assistants pour alléger leur charge de travail administratif, qui les empêche de se concentrer sur les patients. 

Une hausse des revenus qui permettraient, enfin, d'aider à l'attractivité du secteur, en chute libre ces dernières années. 

10.000 cabinets concernés

Conséquence de ce mouvement, de nombreux cabinets sont fermés jeudi et vendredi, au moins 10.000 selon "Médecins pour demain". Un chiffre peut-être sous-estimé car il vient d'un sondage auprès des membres de ce collectif. Certains ne se sont peut-être pas déclarés, d'autres encore pourraient n'assurer qu'un service minimum. La mobilisation est particulièrement suivie dans certaines régions, c'est notamment le cas en PACA, en Normandie ou encore dans le Grand-Est. 

À lire aussi

Cela concerne majoritairement les médecins généralistes, mais certaines spécialités, comme les psychiatres, les gynécologues ou les pédiatres se joignent à la grève. Enfin, si le manque de médecins devenait critique, les ARS se réservent le droit d'en réquisitionner. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire