1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pour sa première rentrée, Najat Vallaud-Belkacem ne fait pas de révolution
2 min de lecture

Pour sa première rentrée, Najat Vallaud-Belkacem ne fait pas de révolution

REPLAY - Une semaine avant la reprise des 860.000 professeurs et des 12 millions d'élèves, la ministre de l'Éducation nationale, en poste depuis un an, a présenté ce mardi la première rentrée qu'elle a préparée.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Crédit : Elodie Grégoire
"On refait le monde" du mardi 25 août 2015 - l'intégralité
35:31
La rentrée de Najat Vallaud-Belkacem, une bonne élève ?
10:36
Les marchés boursiers : le calme après la tempête ?
08:41
Le gouvernement va-t-il céder à l'ultimatum des agriculteurs ?
08:03
Daech : racheter des esclaves pour les libérer ?
09:04

On refait le monde avec

- Alain Duhamel, journaliste
- Clémence Autain, directrice du trimestriel Regards
- Annie Lemoine, journaliste
- Guilaume Perrault, grand reporter au Figaro

La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a présenté ce mardi la première rentrée scolaire qu'elle a préparée. Septembre 2015 sonne la généralisation de la réforme des ZEP ainsi que le lancement des nouveaux programmes de maternelle et de l'Éducation morale et civique. La semaine précédente, Alain Juppé présentait ses projets de réformes. Il fait de la maternelle et de la primaire ses priorités, voulant réaffecter des postes vers la primaire.

François Hollande a perdu dans les sondages 18 points chez les professeurs. Alain Juppé a bien compris pourquoi le cœur de l'électorat de gauche s'est effondré et s'empare de ce sujet pointe Clémentine Autain, consternée par la vacuité du discours du gouvernement dans le domaine de l'éducation. Selon elle, les deux enjeux majeurs des réformes sont la revalorisation du salaire des enseignants, on leur demande de faire toujours plus avec un salaire gelé, et de mettre le paquet sur le primaire.

Aujourd'hui nous avons des profs qui sont au niveau des Polonais en termes de rémunération

Clémentine Autain
À lire aussi

Guillaume Perrault ne voit pas en quoi cette politique va remédier au constat que tout le monde fait, y compris la ministre, c'est-à-dire "la proportion incroyable des élèves du secondaire qui ne maîtrise pas la langue française".

Alain Duhamel ne croit pas non plus à la modification des programmes scolaires, qu'il estime dangereux et irréfléchi. En revanche il approuve l'autonomie des établissements, le renforcement de l'autorité des proviseurs et des directeurs, les enseignements transversaux qui font partie du programme de Najat Vallaud-Belkacem. Il estime par ailleurs que certains points des réformes d'Alain Juppé vont dans le même sens. Annie Lemoine ne voit quant à elle aucune révolution dans cette rentrée, ni même dans les propositions d'Alain Juppé.

Najat Vallaud-Belkacem ne fait aucune révolution

Annie Lemoine
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/