3 min de lecture Allergie

Pollens : comment se protéger des allergies ?

ÉCLAIRAGE - Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a lancé vendredi 8 avril une alerte aux pollens de bouleau. Heureusement, certains comportements permettent de limiter leur impact.

Une femme allergique au pollen
Une femme allergique au pollen Crédit : I Stock
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et Ana Boyrie

L'arrivée du printemps est généralement une période festive, célébrant le retour du soleil, des températures estivales et des arbres en fleurs. Malheureusement, certains l'attendent avec réticence, car il comprend le retour des pollens, qui traîne son lot d'allergies et les symptômes qui en découlent : du reniflement aux éternuements, en passant par la toux et les yeux larmoyants. "Les allergiques doivent se préparer pour une période difficile", prévient le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), qui a lancé vendredi 8 avril, une alerte aux pollens de bouleau.

"Le risque va devenir élevé, voire très élevé dans le nord de la France dès le weekend et plus particulièrement dimanche, en raison du beau temps prévu", précise Charlotte Sindt, directrice du RNSA. Les pollens de bouleau sont particulièrement redoutés des 30% de Français qui, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), sont allergiques aux pollens. Tour d'horizon des méthodes et comportements à adopter pour limiter les risques d'allergies.

Aérer son domicile matin et soir

Le premier geste est tout d'abord de se tenir informé du calendrier pollinique. Selon les régions et la saison, les pollens évoluent. Il est par la suite conseillé de bien aérer son domicile, afin d'en renouveler l'air. Avec l'arrivée du printemps, cette action est recommandée soit tôt le matin, soit tard le soir et ce pendant au moins 20 minutes. Une temporalité importante alors que le pic de pollution se situe entre 11 heures et 16 heures, selon Isabelle Bosse, présidente du Syndicat français des allergologues (Syfal).
Pour limiter le risque de développer les symptômes (nez qui coule, éternuements constants, yeux et gorge irrités...), il est également conseillé de "laver ses taies d'oreiller tous les deux jours".

Se doucher systématiquement en rentrant

Véritable enfer pour toutes les personnes sensibles, de nombreux gestes du quotidien peuvent limiter les allergies alors que "les pollens se déposent dans les cheveux mais également sur les vêtements". Il est donc préférable de se déshabiller dans la salle de bain plutôt que dans la chambre et de prendre une douche en rentrant, avant de se rincer les yeux et le nez muni d'un sérum physiologique. Pour les enfants en bas âge, les jeux dans les pelouses sont plutôt déconseillés. Même s'ils inhaleront toujours des pollens, les petits seront plus protégés "sur une terrasse" par exemple, selon la présidente du Syfal.

À lire aussi
Le rappel concerne les paquets LU Cracotte Chocolat 200G qui portent une date de durabilité minimale (DDM) jusqu'au 30 juin 2020 inclus et le code lot suivant: "OVE1293742", détaille encore Mondelez. Alimentation
LU rappelle des "Cracotte chocolat" pouvant contenir de la noisette

Il est également recommandé de se laver les cheveux, une partie du corps où les pollens s'installent facilement. Enfin, en pleine période estivale, il est parfois préférable d'utiliser un système de climatisation plutôt que de dormir la fenêtre ouverte toute la nuit. 

Eviter d'être dehors lors des pics de pollution

En plus d'éviter les espaces verts, véritables nids à pollens, plusieurs comportements permettent aux citadins de limiter leurs contacts avec les poussières allergisantes. Les pique-niques sont donc à bannir mais aussi les séances de sport sans préparation. Il est donc recommandé d'"évitez de faire du sport lorsqu'il y a du vent, mais surtout entre 11 heures et 16 heures", conseille Isabelle Bosse.

Les pics de pollution sont également propices au développement des allergies, puisque "les polluants émis par les voitures modifient les pollens et les rendent plus agressifs." Il est d'ailleurs important de ne pas rouler les fenêtres ouvertes lors d'un trajet en voiture, particulièrement en période de pics polliniques. 

Que faire à l'arrivée des premiers symptômes ?

Si malgré ces conseils les premiers symptômes commencent à se faire sentir, prendre contact "avec son médecin traitant" reste le meilleur conseil, selon Isabelle Bosse. Il pourra ainsi prescrire un traitement. Les personnes coutumières des allergies peuvent, elles, "renouveler leur traitement". Quant au recours aux médicaments antihistaminiques, ils sont efficaces, mais seulement "pour sept jours". Et "ils sont chers et non remboursés", rappelle la présidente du Syfal. Il faut agir dès les premiers symptômes car une allergie peut rapidement se transformer en asthme.

Si aucune de ces techniques ne fonctionne, la désensibilisation est une solution parfois efficace, à plus long terme pour les personnes présentant de fortes gênes. Il s'agit d'abord de passer toute une série d'examens afin d'identifier quel pollen est responsable de l'allergie respiratoire. Le système immunitaire du patient est ensuite rééduqué à la faveur d'une administration de doses croissantes de l'allergène auquel il est sensibilisé. Le traitement est généralement initié plusieurs mois en amont puis poursuivi pendant la saison des pollens. S'il est efficace, il est poursuivi pendant plusieurs années. En revanche, le traitement est contraignant et son coût élevé (au moins 35 euros par mois).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allergie Santé Pollens
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants