1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pic de pollution : la circulation alternée reste "une possibilité", selon Philippe Martin
2 min de lecture

Pic de pollution : la circulation alternée reste "une possibilité", selon Philippe Martin

Le ministre de l'Écologie juge que la mise en place de la circulation alternée reste "une des possibilités" pour lutter contre la pollution, même si c'est une "décision lourde".

Philippe Martin en visite à Airparif le 15mars 2014.
Philippe Martin en visite à Airparif le 15mars 2014.
Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'option n'est pas complètement écartée. Le ministre de l'Écologie Philippe Martin juge possible la circulation alternée. "A ce stade, dans une phase de relative amélioration de la situation, je ne dis pas que cette mesure sera prise. Mais elle reste une des possibilités", a-t-il déclaré en visitant l'association Airparif. "Il nous faut bien évaluer si c'est la décision qu'il faut prendre. C'est une décision lourde", a-t-il ajouté. Une seule journée de circulation alternée, avec une circulation répartie entre jours pairs et impairs, a été mise en place jusqu'ici, en 1997. Cela a laissé "des mauvais souvenirs", a dit le ministre.

"C'est un ensemble de mesures prises dès le début de la crise qui peuvent permettre de juguler cet épisode. S'il nécessitait d'autres décisions, elles seraient prises parce que c'est un phénomène santé publique", a poursuivi Philippe Martin. Le président d'Airparif, Jean-Félix Bernard, a expliqué qu'en 1997, lors de cette journée de circulation alternée, l'association "avait constaté une diminution assez nette" de la pollution. "La mesure avait bien été reçue", a-t-il affirmé. "Quand on fait face à de tels épisodes, il serait bon qu'il y ait des mesures de ce type", a jugé Jean-Félix Bernard.

Nécessité d'une "mesure forte et pérenne"

Par ailleurs, le ministre s'est prononcé pour "une mesure forte et pérenne", "au-delà de cet épisode" de pollution. "Il y en aura dans la loi de transition énergétique que j'aurai à présenter au cours de l'année", a-t-il promis. "D'ici l'été, les zones les plus touchées feront l'objet d'un plan de protection de l'atmosphère qui prévoira des mesures adaptées", a également déclaré le ministre au quotidien Libération.

Philippe Martin a listé plusieurs mesures: "réduction des émissions des chantiers de construction, plans de déplacement d'entreprises ou d'administrations, réduction de la vitesse de circulation sur certains tronçons à fort trafic, etc". Au sujet du diesel, il a estimé que ce sujet ne se résumait pas "à une question fiscale". "En accord avec Arnaud Montebourg, je rencontrerai bientôt les constructeurs automobiles français pour évoquer leur stratégie industrielle dans ce domaine", a-t-il dit en estimant qu'en matière de santé publique, "il ne peut y avoir de sujets tabous".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/