1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Paris : l'abonnement Vélib' gratuit en février et peut-être en mars
1 min de lecture

Paris : l'abonnement Vélib' gratuit en février et peut-être en mars

Les élus du Conseil de Paris ont demandé au syndicat qui gère les Vélib' le remboursement du mois de février, et éventuellement du mois de mars si la moitié des stations ne sont pas en service d'ici un mois.

Le nouveau Vélib de Smoovengo (illustration)
Le nouveau Vélib de Smoovengo (illustration)
Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Thibaut Deleaz & AFP

Face au fiasco du nouveau Vélib', le Conseil de Paris a décidé mercredi 7 février, de rendre le service de vélo en libre-partage gratuit en février et peut-être en mars "si la moitié des stations n'étaient pas mises en service au 1er mars". Un vote qui sera présenté au Syndicat Autolib' Vélib' Métropole qui gère le service et où la Ville de Paris est majoritaire. 

Les élus, qui ne cachent plus leur exaspération, demandent également un déploiement en priorité des vélos dans les "secteurs les plus fréquentés" et une communication renforcée de l'opérateur Smovengo.

Le nouveau Vélib' qui a succédé à celui du groupe JCDecaux, connaît de larges ratés, avec seulement 200 stations opérationnelles fin janvier, quand l'objectif initial était de 600 stations au 1er janvier et de 1.400 fin mars, soit 20.000 Velib' dont 30% électriques. 

"L'exécutif n'est pas satisfait de la prestation rendue", a affirmé Christophe Najdovski, adjoint EELV aux Transports de la maire de Paris Anne Hidalgo, en qualifiant la situation "d'inacceptable". 

À lire aussi

Ce "raté industriel concerne le quotidien de milliers de Parisiens", a regretté Julie Boillot (LR). Elle affirme que le syndicat n'a "pas assuré le pilotage" de l'opération et que la Ville n'a pas "suffisamment pressé le groupe JCDecaux dans la dépose de ses stations". 

Pour Maud Gatel (UDI-Modem), "tout a été dit sur ce fiasco". Elle dénonce la "légèreté coupable dont la Ville a fait preuve dans la gestion du projet et l'opacité de mise face aux retards qui n'ont été ni anticipés ni traités". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/