1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Paris : l'artiste Abraham Poincheval va passer sept jours perché à 20 mètres du sol
2 min de lecture

Paris : l'artiste Abraham Poincheval va passer sept jours perché à 20 mètres du sol

Lundi 26 septembre, Abraham Poincheval va s'installer pendant une semaine sur un mât installé sur le parvis de la Gare de Lyon. Un camp d'altitude en plein Paris pour changer de point de vue sur les hommes.

En févier 2016, Abraham Poincheval a déjà passé sept jours perché à 12 mètres du sol à Rennes
En févier 2016, Abraham Poincheval a déjà passé sept jours perché à 12 mètres du sol à Rennes
Crédit : SIPA / David Vincent
Paris : l'artiste Abraham Poincheval va passer sept jours perché à 20 mètres du sol
02:36
Loïc Farge
Loïc Farge

Disons-le tout de suite : Abraham Poincheval a toujours été un peu perché. Car une idée obsède l'artiste marseillais, âgé de 45 ans : adopter un autre point de vue sur les choses. "Le monde est quelque chose d'incroyable. On nous le fait voir de telle façon, mais je pense qu'il y en a plein d'autres et c'est cela qui m'intéresse. Et si on voyait les choses autrement, qu'est-ce que cela donnerait en fait ?", argue-t-il. Et cela donne de charmants délires. Notre artiste, avant de grimper sur son mât la semaine prochaine, a exploré tous niveaux.

Le sous-sol d’abord. Il a creusé sous terre pendant vingt jours pour parcourir 20 mètres. Creusant devant lui, rebouchant derrière. Il s’est enterré dans un trou, une pierre d'une tonne au-dessus de la tête, pour écouter sept jours durant, les réflexions des passants. Il a aussi traversé la France en ligne droite. Ce qu’on s’appelle un azimut brutal. Rien n’a arrêté sa course : ni les maisons, ni les autoroutes. Quel meilleur moyen pour redonner de l’étrangeté au monde "GPSsissé", dit-il ? Il a aussi hiverné pendant treize jours dans un ours empaillé. Et en ce moment, il est enfermé dans une bouteille transparente de 6 mètres de longueur, avec laquelle il remonte le Rhône.

J'offre du temps aux personnes qui sont dans leur quotidien (...) Je vais devenir une sorte d'éponge

Abraham Poincheval

Il a commencé par le sous-sol, continué par l'eau, le voici dans les airs : voilà qui marque une cohérence. Lundi 26 septembre, Abraham Poincheval va s’installer sur une petite planche (1,70 mètre sur 90 centimètres) au bout de d'un mât, à 20 mètres de hauteur, en face de la grande horloge de la Gare de Lyon. Il a tout prévu pour ne pas avoir à descendre pendant sept jours : une cape de pluie, des bidons (des pleins pour boire, des vides pour après avoir bu), un harnais pour ne pas tomber la nuit...

Il regardera l’horloge de la gare tourner, et les voyageurs courir après leur train et le temps. "J'offre du temps aux personnes qui sont dans leur quotidien. Je suis là pour elles. Je vais devenir une sorte d'éponge (...) Ce qui m'intéresse, c'est d'absorber toute la vie de cet endroit, d'être jute là à attendre que les choses arrivent", explique l'artiste. Ces choses qui arriveront, Abraham Poincheval va les écrire, en s’inspirant des ermites stylites des premiers siècles. Un éditeur attendra son livre à sa descente.

À lire aussi

Si vous le voyez en allant prendre un train, faites-lui signe. Car vous ne le verrez plus lors de sa prochaine performance : il a prévu de marcher sur les nuages. Abraham Poincheval n’est jamais assez perché.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/