1 min de lecture Aqmi

Otages d'Arlit : David Hornus estime "qu'il n'est pas mesquin" pour un négociateur de "réclamer son dû"

REPLAY - David Hornus, directeur de Corpguard, est revenu sur la plainte déposée par un ancien agent de la DGSE, qui n'aurait pas été payé après avoir permis la libération d'otages français détenus par l'Aqmi.

Pacaud 245x300 RTL Grand Soir Christophe Pacaud iTunes RSS
>
Otages d'Arlit : David Hornus estime "qu'il n'est pas mesquin" pour un négociateur de "réclamer son dû" Crédit Média : Christophe Pacaud,Agnès Bonfillon | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Pacaud
Christophe Pacaud et Agnès Bonfillon

Plus d'un an et demi après la libération des otages d'Arlit, Jean-Marc Gadoullet n'a toujours pas été payé. L'ancien agent de la DGSE, qui a mené les tractations cruciales ayant abouti à la libération, en octobre 2013, de Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, enlevés en 2010 au Niger, n'aurait toujours pas touché de rémunération de la part des groupes Areva et Vinci, les employeurs des ex-otages.

David Hornus, directeur de Corpguard, pense que Jean-Marc Gadoullet prend des risques en sortant de l'anonymat. Toutefois, il estime que l'ancien colonel est dans son droit de réclamer sa rémunération, après avoir risqué sa vie pour la libération des otages.

Quand vous mettez votre peau au bout d'une cause pour libérer un otage, je ne trouve pas mesquin de réclamer son dû, surtout si ce dernier a été prévu, anticipé et acté dans le cadre d'un contrat.

David Hornus, directeur de Corpguard
Partager la citation
RTL vous recommande
Lire la suite
Aqmi Otages français Areva
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants