2 min de lecture Corse

Ajaccio : "On partage avec les Corses le glissement de la société française", constate la sociologue Liza Terrazzoni

INVITÉ RTL - Liza Terrazzoni pense que les violences survenues le soir de Noël en Corse sont la "manifestation symptomatique" d'un mal plus profond.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Liza Terrazzoni : "On partage avec les Corses le glissement de la société française" Crédit Image : YANNICK GRAZIANI / AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin et Ludovic Galtier

Liza Terrazzoni, sociologue au Centre d'analyse et d'intervention sociologiques à l'École des hautes études en sciences sociales et spécialiste des relations interethniques en Corse a réagi aux violences urbaines et aux manifestations qui secouent la Corse depuis le soir de Noël. Deux pompiers et un policier ont été agressés dans le quartier populaire des Jardins de l'Empereur, à Ajaccio. "On est toujours un peu surpris. En même temps, on ne l'est pas tellement étant donné le contexte national dans lequel on est aujourd'hui et étant donné l'histoire de la Corse. La Corse est une terre d'immigration depuis la fin des années 1950. Une immigration en provenance du Maroc à hauteur de 50% à 55%."

Les Jardins de l'Empereur, le quartier où tout a commencé, est-il une zone de non-droit ? "Les Jardins de l'Empereur ne sont pas une zone de non-droit. C'est un quartier très enclavé, qui est sur les hauteurs de la ville. On est sur un quartier de copropriété, la moitié de la population est d'origine étrangère, le taux de chômage avoisine les 25%. On est dans un quartier difficile."

On est dans un climat de tensions identitaires extrêmes en France, la Corse en est la manifestation symptomatique

Liza Terrazzoni
Partager la citation

Pour Liza Terrazzoni, il n'y a pas de problème spécifique à la Corse. "On partage avec les Corses le glissement de la société française. On est dans un climat de tensions identitaires extrêmes en France et je crois que la Corse en est la manifestation symptomatique.  Depuis le 13 novembre, on saccage des mosquées partout en France, il n'y a pas de logique très spécifique."

La victoire des nationalistes a-t-elle libéré une parole ? "Il est trop tôt pour faire ce genre de conclusions, il faudrait aller sur le terrain pour voir quelles sont les logiques qui animent ces manifestations. Les nationalistes ont condamné les deux actes". Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée exécutive de Corse a déclaré que "tout cela est contraire à la tradition politique corse".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Ajaccio Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants