1 min de lecture Immigration

Olivier Mazerolle : "L'immigration nous met en contradiction avec nous-même"

REPLAY / ÉDITO - L'immigration est à nouveau au cœur de la vie politique française. "En 2015, rien ne change", constate le journaliste.

debat On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Olivier Mazerolle : "L'immigration nous met en contradiction avec nous-même" Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

D'une année sur l'autre, rien ne change. Comme la fin de 2014, le début de cette année est marqué par le débat permanent sur l'immigration.

"Comment ne pas être indigné de voir des hommes, des femmes et des enfants abandonnés en pleine mer comme de vulgaires marchandises ?", peste Olivier Mazerolle, pour qui la marine italienne "sauve l'honneur de l'Europe". Le journaliste a bien conscience qu'en la matière, "la compassion ne suffit pas".

La perte de la dignité humaine, c'est la perte de notre identité

Olivier Mazerolle
Partager la citation

Il explique que "l'immigration nous met en contradiction avec nous-même : nous craignons pour notre style de vie jusqu'à en renier le respect pour la personne humaine, comme on l'a vu à Champlan avec ce refus de sépulture pour un bébé rom de deux mois et demi".

S'il appelle les Européens à "prendre les mesures nécessaires pour empêcher les allers et retours constants de leurs ressortissants roms qui abusent de la liberté de circulation", Olivier Mazerolle explique que "l'exaspération qui en résulte ne justifie en rien l'injure à la mémoire d'un nourrisson". Il ajoute : "La perte de la dignité humaine, c'est la perte de notre identité".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Polémique Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants