1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Notre-Dame-des-Landes : la justice rejette tous les recours et autorise le début des travaux de l'aéroport
2 min de lecture

Notre-Dame-des-Landes : la justice rejette tous les recours et autorise le début des travaux de l'aéroport

REPLAY - Le tribunal administratif de Nantes a rejeté vendredi 17 juillet les 17 recours déposés par des opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

Des banderoles contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le 3 août 2013.
Des banderoles contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le 3 août 2013.
Crédit : AFP / Jean-Sébastien Evrard
Notre-Dame-des-Landes : la justice rejette tous les recours et autorise le début des travaux de l'aéroport
00:00:59
François de Rugy dénonce la décision du tribunal sur Notre-Dame-des-Landes
00:01:29
Nicolas Bauby & Vincent Derosier & La rédaction numérique de RTL

Les opposants et partisans de la construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes étaient suspendus à la décision du tribunal administratif de Nantes. Ce vendredi 17 juillet, le tribunal a finalement rejeté les 17 recours déposés par des opposants au projet, validant ainsi les arrêtés préfectoraux autorisant le début des travaux du futur aéroport nantais, a révélé leur avocat, Thomas Dubreuil. 

Les recours avaient été déposés en février 2014 par des associations opposées au transfert de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique vers le bocage de Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres, pour faire annuler quatre arrêtés environnementaux pris par le préfet de Loire-Atlantique quelques semaines plus tôt. 

Ces arrêtés donnent le feu vert au concessionnaire du futur site de 1.650 hectares, Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale de Vinci, pour détruire les zones humides et près de 100 espèces protégées ou les déplacer, afin d'aménager et exploiter la plateforme aéroportuaire ainsi que la desserte routière de l'aéroport, au mépris, selon les opposants, de la réglementation en vigueur en matière d'environnement. Une décision qui enchante les défenseurs du projet. "On l'attend depuis tellement longtemps, et on pense à l'avenir, à nos entreprises et à nos jeunes. Il y a beaucoup d'emplois qui vont être créés", a déclaré l'un d'entre eux. 

C'est un peu étrange, c'est un peu contradictoire

François de Rugy

De son côté, le député Europe Écologie-Les Verts François de Rugy a dénoncé la décision du tribunal. "C'est un peu étrange, c'est un peu contradictoire. Nous notons qu'à Roybon le projet Center Parcs a lui connu une décision du tribunal administratif inverse, exactement sur le même sujet", a-t-il fait remarquer. Le député ne comprend pas la décision. "La loi française est assez incroyable, on peut en effet lancer un chantier qui pourrait ensuite être déclaré illégal par une décision de justice", a résumé François de Rugy. 

À lire aussi

Il souhaite en réalité s'en tenir à l'accord passé entre les socialistes et les écologistes lors des dernières élections municipales, qui viserait à ne pas commencer les chantiers "avant l'épuisement des recours". Nous nous en tenons donc à cet accord de moratoire politique", a lancé François de Rugy.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/