3 min de lecture Économie française

Non, les grandes entreprises françaises ne sont pas en train d’être bradées

La Croix répertorie les nombreuses entreprises françaises qui ont racheté leur concurrent à l’international.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Non, les grandes entreprises françaises ne sont pas en train d'être bradées Crédit Image : Julien Knaub / SIPA / RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Begot et La rédaction numérique de RTL

Après le mariage d'Alstom avec l'Allemand Siemens, après le rachat d'Alcatel par Nokia ou encore du cimentier Lafarge par le suisse Holcim on pourrait croire que les entreprises françaises sont à la traîne. Eh bien non, c'est même tout le contraire. Elles aussi achètent des concurrents étrangers "beaucoup plus que les Allemands notamment".

"En 2016, rappelle La Croix ce sont ainsi 93 sociétés allemandes qui sont passées sous contrôle français. 93 dans le même temps, seules 25 entreprises françaises étaient rachetées par des Allemands". Mieux encore, les opérations de fusion acquisition conduite par des entreprises françaises frôlent les 50 milliards d'euros au 1er trimestre de 2017. C'est du jamais vu depuis 2000.

Le rachat d'Opel par PSA ou encore Seb qui a repris le numéro 1 mondial des machines à café professionnelles WMF. Les entreprises françaises achètent aussi américain : Air Liquide a ainsi acquis Airgaz, de son côté, Danone a récemment mis la main sur le numéro 1 local du yaourt bio Whitewave. Nous détenons beaucoup plus d'investissements à l'étranger que les étrangers n'ont d'entreprises chez nous. Deux fois selon la banque de France.

À lire aussi
Mettre de l'argent de côté (illustration) économie
Les Français placent de moins en moins leur économies

L'Allemagne mauvais élève en matière de retraite

Non seulement la France fait donc mieux que l'Allemagne en matière de rachat, mais également en matière de retraite. Berlin est aujourd'hui la grande championne des inégalités de pensions entre les sexes révèlent Les Échos. Les hommes allemands de plus de 65 ans perçoivent en effet une retraite près de deux fois supérieure à celles des femmes. En France, pour vous donner une idée, l'écart est de 30%, et il tombe à 3% seulement en Estonie.

"La faute, explique le quotidien économique, au mythe de la mauvaise mère qui a la peau dure outre-Rhin. C'est comme ça qu'on a considéré là-bas pendant des années celle qui faisait le choix de travailler plutôt que de rester à la maison. Aujourd'hui encore, malgré la création de crèches et la mise en place d'une allocation de congé parental pour les pères, près de 40% des Allemandes qui travaillent ont un emploi à temps partiel, la plupart parce qu'elles sont mères famille.

Le gouvernement s'amuse à vitesse de croisière

En France aussi on s'amuse, et même au sein du gouvernement si l'on en croit ce petit écho rapporté ce matin dans L'Obs. Visiblement, les ministres ont beaucoup ri dans l'avion qui les ramenait la semaine dernière du 34e sommet franco-italien de Lyon. Cible des plaisanteries , les camarades de Gérard Collomb ont taquiné le ministre de l’Intérieur, très fier de voir sa ville à l’honneur. "Ils se sont aussi, raconte L'Obs prêté à une séance de yoga et de méditation, le tout orchestré par Nicolas Hulot et Françoise Nyssen, la ministre de la Culture. Selon un témoin, seul Jean-Yves Le Drian a un peu fait la grimace. Le très sérieux ministre des Affaires étrangères était le plus "récalcitrant à s'attraper le nez".
 
Emmanuel Macron lui devrait voir sa sécurité renforcée, c'est ce qu'on lit ce matin dans Le Point. Les effectifs vont quasiment doubler : en plus des 77 policiers du groupe de sécurité de la présidence de la République, 50 personnes de la préfecture de police le protégeront, à raison de 3 fonctionnaires par mission. L’objectif est d’éviter des loupés comme celui survenu en juin dernier.

De retour du salon du Bourget, le cortège présidentiel s'était retrouvé raconte le point sur les Champs-Élysées au moment même de l'attentat raté. Ça n'aurait visiblement pas été le cas avec l'appui des policiers de la PP, la préfecture, qui sont branchés en permanence sur la radio de la préfecture de police. Des plots rétractables, censés parer un attentat kamikaze vont également être installés à l'entrée de l'Élysée. Il s'agit explique une source du service de sécurité d'une simple remise à niveau. "Apparemment, ce n'était pas la priorité du précédent locataire", ajoute-t-il.

La droite boit le calice jusqu'à la lie

Le Point qui publie une longue interview de Jean-Louis Debré ce jeudi à l'occasion de la sortie de son journal de la droite. Jean-Louis Debré se montre pessimiste quant à l'avenir de son camp, en adressant une violente charge notamment contre Laurent Wauquiez qu'il accuse "d'excommunier tous ceux qui sont différents et de prôner l'illusion d'une vraie France". L'ancien patron des sages au Conseil constitutionnel, donne aussi quelques conseils à Emmanuel Macron. "Le président, dit-il, devrait donner plus d'oxygène à Édouard Philippe et à ses ministres qu'il juge 'broyés'". "Sous De Gaulle, explique-t-il, il y avait un chef, mais aussi des ministres qui avaient le droit de s'exprimer et d'exister". 
 
Enfin dans Valeurs Actuelles on apprend ce matin que Thierry Solère, l'un des questeurs de l'assemblée, ceux qui sont en charge de l'administration, a été obligé de vendre une partie de la cave du Palais Bourbon. "Sacrilège" diront les amateurs de vins. Il s'agissait, expliquait l'hebdomadaire, de faire de la place ; les nouveaux députés picolent visiblement beaucoup moins que leurs prédécesseurs à la buvette de l'Assemblée, la consommation d'alcool fort et de vin est en chute libre. En revanche, il y a régulièrement pénurie de coca light. Là il n’y a pas de quoi pousser un cocorico.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie française Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790377551
Non, les grandes entreprises françaises ne sont pas en train d’être bradées
Non, les grandes entreprises françaises ne sont pas en train d’être bradées
La Croix répertorie les nombreuses entreprises françaises qui ont racheté leur concurrent à l’international.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/non-les-grandes-entreprises-francaises-ne-sont-pas-en-train-d-etre-bradees-7790377551
2017-10-05 12:12:13
https://cdn-media.rtl.fr/cache/njCm0jBdrxfu_GSJEeF_6A/330v220-2/online/image/2017/0905/7789971770_amandine-begot.jpg