1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Migrants : "Il faut un grand plan Marshall", dit Philippe Douste-Blazy
2 min de lecture

Migrants : "Il faut un grand plan Marshall", dit Philippe Douste-Blazy

INVITÉ RTL / REPLAY - L'ancien ministre des Affaires étrangères, qui revient de Lampedusa, déplore "une horreur" et "une catastrophe".

Philippe Douste-Blazy au QG du MoDem durant l'élection présidentielle de 2012
Philippe Douste-Blazy au QG du MoDem durant l'élection présidentielle de 2012
Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Migrants : "Arrêtons d'être tués par le court terme", dit Philippe Douste-Blazy
03:11
Philippe Robuchon & Julien Absalon

De retour de Lampedusa, l'île italienne au sud de la Sicile où des dizaines de corps sont repêchés, Philippe Douste-Blazy s'est exprimé au micro de RTL sur la crise des migrants qui touche actuellement l'Europe. "C'est une horreur, une catastrophe. Je crois qu'il faut remonter aux pires heures de la Seconde guerre mondiale pour voir des conditions comme celles-là faites à des êtres humains", s'est lamenté le conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU, dimanche 30 août.

"Tout ça est évidemment effrayant. On entend beaucoup les populistes dires : 'il faudrait les laisser là-bas, qu'ils se noient'. Je pense qu'ils perdront leur âme, ces gens-là", a ajouté Philippe Douste-Blazy qui dit savoir "qu'on ne peut recevoir toute la misère du monde, que ça va déséquilibrer l'Ouest, que ça va augmenter le racisme et la xénophobie".

La solution, ce n'est certainement pas de monter des murs comme on voit en Macédoine ou en Hongrie

Philippe Douste-Blazy

Le président de l'organisation Unitaid, qui négocie des médicaments contre le sida, le paludisme et la tuberculose pour les pays pauvres grâce à ses revenus provenant d'une taxe sur les billets d'avion, se positionne catégoriquement contre les mesures prises par certains pays de l'Europe de l'Est. La Hongrie a par exemple annoncé, samedi 29 août, l'achèvement de sa clôture de barbelés destinée à empêcher l'entrée de milliers de migrants par la frontière serbe.

"La solution, ce n'est certainement pas de monter des murs comme on voit en Macédoine ou en Hongrie. Ce n'est certainement pas de recruter plus de militaires, de policiers ou de gardes-côtes. Non, la seule solution c'est de lutter contre l'extrême pauvreté dans les pays africains subsahariens. Ils viennent parce qu'ils fuient l'extrême pauvreté qui entraîne corruption, violence et guerre civile", explique l'ancien ministre des Affaires étrangères, au lendemain de la déclaration de Christiane Taubira estimant que la France pouvait accueillir plus de migrants.

Mais arrêtons d'être tués par le court terme

Philippe Douste-Blazy
À lire aussi

Pour trouver des solutions à cette crise humanitaire, les ministres de l'Union européenne se réuniront le 14 septembre prochain à Bruxelles. Philippe Douste-Blazy espère qu'une vision sur le "long terme" s'imposera, par le biais d'un plan digne de celui des Américains pour reconstruire l'Europe après les dégâts de la Seconde Guerre mondiale.

"Bien évidemment, il faut réguler les flux. Mais arrêtons d'être tués par le court terme. Il y a aussi le moyen et le long terme. Il faut un grand plan Marshall. On peut régler ce problème parce que l'on appelle des financements innovants pour payer les cinq biens publics mondiaux à tout être humain : nourriture, eau potable, santé, éducation et toilette", a-t-il conclu. 

Sondage
La France doit-elle accueillir les migrants des pays en guerre ?*
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/