3 min de lecture Marseille

Marseille : une association donne accès la culture à des enfants des quartiers Nord

REPORTAGE - RTL se rend au pied des tours dans les quartiers Nord de Marseille, avec une association qui se bat depuis 20 ans pour l’accès à la culture des enfants, dans ces cités défavorisées.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Marseille : une association donne accès la culture à des enfants des quartiers Nord Crédit Image : TATIANA ORLOVIC | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Hugo Amelin édité par Emmanuelle Brisson

Vendredi 5 février, RTL se rend au pied des tours dans les quartiers Nord de Marseille, avec une association qui se bat depuis 30 ans pour l’accès à la culture des enfants, dans ces cités défavorisées. "Art et Développement" propose des ateliers de dessin, de peinture, de couture et même de cinéma, gratuitement et en extérieur. Elle vient d’être récompensée par la fondation la France s'engage qui lui a attribué une subvention de 300.000 euros.


Dans le quartier des Rosiers, dans le 14ème arrondissement de Marseille, on assiste à l’un de ces ateliers. La camionnette de l’association chargée de pinceaux et de crayons de couleur passe sans encombre, à l’entrée de la cité, le barrage de poubelles que les dealers ont installé. Rendez-vous à l’ombre d’une tour de 15 étages sur le terrain de basket, avec des minots préfèrent jouer du feutre sur des planches à dessin.

De petits artistes en herbe
De petits artistes en herbe Crédit : TATIANA ORLOVIC
Du travail réalisé en coopération
Du travail réalisé en coopération Crédit : TATIANA ORLOVIC

Une vingtaine d'enfants de 6 à 8 ans

"J’ai dessiné le Père Noël, des étoiles, des chaussettes, des marionnettes", confie un enfant. Malgré le mistral, il y a tout de même une vingtaine d’enfants âgés de 6, 7, 8 ans. Leurs mamans les guettent de la fenêtre pendant que Chloé, de l’association "Art et Développement", défriche les techniques d’aquarelle.

"Il y a l’idée non seulement d’amener la culture, mais aussi de la désacraliser dans le sens où ce n’est pas réservé qu’à une élite. Et l’image qu’on a des quartiers par les médias ce n’est pas toujours une image des plus reluisantes et du coup, c’est aussi pour montrer que les quartiers, ce n’est pas que ce que l’on voit à la télé. Ce n’est pas que les réseaux de drogue, les règlements de compte. Ce sont aussi des moments de vies qui sont assez exceptionnels et vivre cela au quotidien, c’est une fierté".

À lire aussi
Brésil
Coronavirus : la majorité des Brésiliens en soins intensifs ont moins de 40 ans


Beaucoup de fierté aussi dans le regard de ces minots dès que l’on s’intéresse à leurs œuvres. C’est l’âge où on attrape leur curiosité, où se développe leur sens artistique. Anna est la cheffe de projet : "C’est à cet âge-là que se joue en grande partie la question du développement de la personne. On arrive on se dit bonjour, on apprend à se connaitre. De la motricité, de l’imagination, on est dans le cœur de ce qui se joue pour l’individu à ce stade-là pour les enfants." Une démocratisation de la culture, très concrète et l’on peut voir des mamans ou des grands frères prêter main-forte sur certains ateliers.

L'association "Art et Développement" se bat pour améliorer l'accès à la culture pour les enfants
L'association "Art et Développement" se bat pour améliorer l'accès à la culture pour les enfants Crédit : Hugo Amelin / RTL

Une association présente dans 11 quartiers prioritaires

L’association "Art et Développement" travaille simultanément dans 11 quartiers prioritaires. À Marseille, mais aussi à Aix-en-Provence, Aubagne et Vitrolles. Des ateliers de peintures dans la rue qui ont connu un sérieux ralentissement à cause du COVID. Parce-que ces profs d’arts plastiques de la rue les emmènent d’habitude au musée, dans des parcs et là forcément c’est en suspens, et puis la fracture numérique empêche certains d’accéder à des cours par ordinateur

Une enfant lors d'un atelier de l'association "Art et développement"
Une enfant lors d'un atelier de l'association "Art et développement" Crédit : TATIANA ORLOVIC

"Cela a été une année très difficile, des questions comme l’aide alimentaire ont vraiment explosé aux yeux de tous, donc on a proposé des kits créatifs, des petits pots de peinture, ou des boîtes de crayons. Cela a été une façon de garder le lien avec les familles." Ces habitants, ces problématiques, Anna les connaît par cœur puisqu’elle a grandi ici. Dans les années 90 où il y avait peut-être plus d’accès à la culture qu’aujourd’hui.


"Je projette beaucoup l’image de la petite fille que j’étais et qui a eu la chance de faire de la danse, du théâtre. Et j’ai envie de transmettre cela". Et même d’exporter ça puisque grâce à la subvention de la fondation la France s'engage des "succursales" d’art et développement devraient ouvrir prochainement autour de Lille et en banlieue parisienne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Cités Jeunes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants