1 min de lecture Histoire de France

1918 : les canons de Paris terrorisent la capitale

CHRONIQUE - À la fin de la Grande Guerre, la capitale française a subi des bombardements allemands. Plus de 300 obus sont tombés sur Paris, tuant 256 Parisiens en cinq mois.

Micro RTL générique Sur les Sentiers de la Grande Guerre Samuel Goldschmidt iTunes RSS
>
1918 : les canons de Paris terrorisent la capitale Crédit Image : RTL / Samuel Goldschmidt | Crédit Média : Samuel Goldschmidt | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 6
Samuel Goldschmidt Journaliste RTL

23 mars, 7h19, quai de Seine à Paris. Un fracas épouvantable réveille le tiers de la ville. La chasse décolle, croyant à une attaque de dirigeables allemands. Rien dans les cieux. Il va falloir se rendre à l'évidence, au bout de longues heures d'enquête et d’incrédulité : c'est bien un obus de canon qui vient de tomber sur Paris.

Les Allemands ont mis au point une nouvelle arme secrète. Les dimensions de l'engin sont monstrueuses. On ne peut en avoir qu'une toute petite notion en visitant le canon de Duzey, dans la Meuse, qui bombardait Verdun. Les pas de tirs sont construits dans l'Aisne.

Avec leur support, les Pariser Kanonen pèsent 750 tonnes. Le canon est long de 34 mètres. L'obus sort de la bouche à 6.500 kilomètres/heures et va grimper à 40 kilomètres d'altitude avant de retomber sur la capitale. Toutes les opérations doivent rester les plus secrètes possibles.

Le 29 mars 1918, un obus allemand s'abattait sur l'église Saint-Gervais à Paris (Illustration)
Le 29 mars 1918, un obus allemand s'abattait sur l'église Saint-Gervais à Paris (Illustration) Crédit : Rue des Archives

Au total, 367 obus sont tombés sur la capitale, tuant 256 Parisiens en cinq mois. Il y a un monument dans l'église Saint-Gervais qui rappelle les 91 morts du 29 mars 1918, quand un projectile a démoli la voûte de l'église en pleine messe du Vendredi Saint.

À lire aussi
Le tombeau de l'Empereur Napoléon Ier en l'église Saint-Louis-des-Invalides à Paris patrimoine
Il faut encore 150.000 euros pour restaurer le tombeau de Napoléon Ier

C'est le seul souvenir concret des canons de Paris. Les Allemands ont tout détruit pendant leur retraite. Jusqu'en 1944, ils vont détenir le record d'altitude d'un projectile envoyé par l'homme. Ils ne seront détrônés que par une autre arme secrète allemande : les fusées V2 envoyées sur Londres.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire de France Première Guerre mondiale Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants