1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Malgré la suspension d'Uber Pop, le patron de Heetch refuse l'interdiction
1 min de lecture

Malgré la suspension d'Uber Pop, le patron de Heetch refuse l'interdiction

Le jeune patron de Heetch qui propose un service de transport entre particuliers refuse d'obtempérer à l'interdiction d'exercer prise récemment par la Préfecture de police de Paris contre UberPOP.

Une manifestation de chauffeurs de taxis à Lyon, le 25 mai 2011
Une manifestation de chauffeurs de taxis à Lyon, le 25 mai 2011
La rédaction numérique de RTL & AFP

Après le violent conflit qui a opposé la société Uber et les chauffeurs de taxis, le service UberPOP a finalement interrompu son service mais une jeune entreprise de transport entre particuliers fait de la résistance. "Heetch n’est pas illégal. Nous n’allons à l’encontre d’aucune loi. Nous ne le fermerons pas", a déclaré son patron, Teddy Pellerin au Parisien en admettant qu'il y a eu "entre une demi-douzaine et une dizaine de gardes à vue (de chauffeurs de Heetch) dans les derniers jours". 

Alors qu'un arrêté a été pris par le préfet de police de Paris visant les "applications UberPOP, Heetch et Djump", le patron de Heetch conteste le rapprochement de sa société avec Uber. Pour expliquer les différences avec le service de VTC américain, Teddy Pellerin souligne que "Heetch ne fonctionne que la nuit ... pour répondre aux besoins des jeunes". "80% des gens qui utilisent nos services ont entre 18 et 25 ans". "Nous ne sommes pas du tout en concurrence avec les taxis, nous sommes une solution de mobilité nocturne. À la limite, notre seule concurrence, c’est le Noctilien (Un réseau de bus nocturnes qui circulent toutes les nuits en Île-de-France, ndlr)". 

Le service Heetch encore disponible

De plus, il souligne ne pas faire de "transport entre particuliers à titre onéreux" comme le font les chauffeurs d'UberPOP. "Quand on commande un de nos conducteurs, le client a le droit de donner ce qu’il souhaite. Il peut très bien ne rien donner. Nous n’imposons pas de tarification". "On se rapproche énormément du covoiturage", a-t-il estimé. 
Selon Le Parisien, "les 100.000 utilisateurs (de Heetch) ont encore accès à 5.000 chauffeurs particuliers pour être transportés à faible coût en soirée (uniquement de 20 heures à 6 heures du matin) dans toute l’Ile-de-France et à Lyon." 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/