1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Maîtrise du français dès la maternelle : l'école doit-elle revoir ses fondamentaux ?
3 min de lecture

Maîtrise du français dès la maternelle : l'école doit-elle revoir ses fondamentaux ?

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Des écoliers
Des écoliers
Crédit : Benjamin Hue
Les auditeurs ont la parole du 06/02/2015
00:31:12

Maîtrise du français à la maternelle, l'école doit-elle revoir ses fondamentaux?

François Hollande a annoncé hier que de nouveaux moyens seraient donnés "à la lutte contre le décrochage scolaire", sans les détailler et a insisté sur la nécessaire de la maîtrise du français en  maternelle, lors de sa conférence de presse. 
   
Le chef de l'Etat a fait de l'école "la priorité du quinquennat", a-t-il rappelé, évoquant "une nouvelle étape" de la refondation de l'école. 

Le français, qui doit être mieux maîtrisé en maternelle, est "essentiel pour vivre en France", a-t-il souligné, alors que les nouveaux programmes de maternelle qui entreront en vigueur à la rentrée étaient soumis hier à un vote  consultatif de la communauté éducative. 
   
La formation des enseignants "sera renforcée et améliorée pour les préparer à leur métier" et le numérique sera enseigné, a-t-il ajouté. 
   
"Les lycées professionnels seront revalorisés", a-t-il dit. Les lycées professionnels sont souvent considérés comme une voie de relégation. 
   
La laïcité, "doit s'apprendre, ce sera fait dans l'école tout au long de la scolarité obligatoire", a-t-il déclaré, alors que la minute de silence organisée à la mémoire des victimes des attentats avait été émaillée d'incidents dans certains établissements. 

Maîtrise du français dès la maternelle : l'école doit-elle revoir ses fondamentaux? ?
Invités du débat de RTL Midi : Alain Bentolila, linguiste et professeur à l'université Paris Descartes , et Sébastien SIHR, secrétaire général du SNUipp-FSU (premier syndicat des enseignants du premier degré) 

La rédaction vous recommande

Faut-il un code de bonne conduite sur les réseaux sociaux ?

Un enfant qui saute dans le lit de ses parents et qui tend, tout sourire, une carte à sa mère. Elle l'ouvre et lit, écrit d'une main d'enfant, "bonne fête des mères sale chienne" : un clip silencieux de 54 secondes veut prévenir le harcèlement et la violence des jeunes sur internet. 
  
"Imaginez que votre enfant vous parle comme il parle peut-être déjà sur internet", poursuit alors le clip. Diffusée dans les salles de cinéma, à la télévision et sur YouTube à partir de mardi prochain, à l'occasion de la journée de l'internet sans crainte, la vidéo a pour ambition de "sensibiliser les parents à la violence des échanges de leurs pré-ados et ados sur les réseaux sociaux" et de faire "prendre conscience aux enfants que l'expression sur ces mêmes réseaux sociaux peut heurter". 
   
Réalisé par la cinéaste Clarisse Centaloube, le film vise à démontrer en moins d'une minute que pour les jeunes, pourtant éduqués au respect et à la tolérance, internet est souvent considéré comme une "zone de non-droit". 

Parallèlement au film, un label "Respect zone" a été créé : "apposer le logo Respect Zone sur son site, sa page Facebook ou Twitter, c'est afficher publiquement son engagement citoyen et responsable contre la cyberviolence", explique son créateur Philippe Coen, président de l'associateur "Initiative de prévention de la haine". 
Faut-il un code de bonne conduite sur les réseaux sociaux ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Sondage
Faut-il un code de bonne conduite sur les réseaux sociaux ?*
La rédaction vous recommande

Opération escargot des auto-écoles à Paris

Les auto-écoles ont lancé ce matin une opération escargot à Paris, se rassemblant dans plusieurs secteurs et prévoyant de rejoindre le Champ-de-Mars à midi, pour contester la réforme du permis de conduire qui, selon elles, menace leur survie. 
   
Contrat de formation et d'évaluation à distance, possibilité pour les loueurs de voiture équipée de double commande de former les conducteurs, recours à d'autres intervenants que les inspecteurs pour les examens pratiques au permis: les professionnels dénoncent des amendements à la loi Macron, qui vont à "l'encontre de la profession et donc de la sécurité routière". 

Les mesures proposées par le gouvernement vont "à l'encontre de la sécurité routière", s'est inquiété le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) dans un communiqué, dénonçant des "enjeux de pouvoir" entre les ministères de l'Intérieur et de l'Economie.  

La réforme du permis de conduire instaurée dans la loi Macron et votée à l'Assemblée nationale la semaine dernière prévoit entre autres 45 jours d'attente maximum entre deux passages à l'examen de conduite, le recours à des agents d'entreprises publiques comme La Poste pour assurer certaines missions des inspecteurs (le code). 

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/