4 min de lecture Patrimoine

Loto du patrimoine : les 18 sites en péril qui seront aidés en priorité

CARTE INTERACTIVE - Cette opération lancée par Stéphane Bern doit permettre de financer la restauration de monuments historiques menacés.

Le château de Carneville, l'aqueduc de Gier et le domaine de Maison Rouge font partie des monuments sélectionnés pour être rénovés en priorité.
Le château de Carneville, l'aqueduc de Gier et le domaine de Maison Rouge font partie des monuments sélectionnés pour être rénovés en priorité. Crédit : Wikimedia Commons / Flickr CC
116690883422487384627
Camille Kaelblen
Journaliste

Un ancien couvent corse, un château en Normandie, une usine sucrière à Mayotte... Après plusieurs mois de discussion, le comité du patrimoine piloté par Stéphane Bern a dévoilé les 18 monuments emblématiques du patrimoine français sélectionnés pour être rénovés en priorité. Ces sites faisaient partie d'une liste de 250 monuments en péril, qui avait été rendue publique en avril dernier.

Particularité de cette opération : le coût des travaux de réhabilitation sera supporté par les futures recettes du "loto du patrimoine". Celui-ci sera organisé par la Française des jeux (FDJ)  le vendredi 14 septembre prochain, à l'occasion de l'ouverture des Journées européennes du patrimoine. En parallèle, la FDJ mettra en vente dès début septembre des jeux à gratter inédits, "Mission patrimoine", au prix de 15 euros.

La liste des monuments en péril

Ancien Hôtel-Dieu, Château-Thierry (Aisne)
Cet ancien hôpital en pierres calcaire blanches et briques rouge a été fondée au XIVe siècle par la reine Jeanne de Navarre. Après avoir accueilli des malades pendant plusieurs siècles, l'établissement s'est transformé en musée. On peut y découvrir 1.300 œuvres d'art.
                   
Château de Carneville, Carneville (Manche)

À lire aussi
L'Élysée est comme chaque année un lieu de visite privilégié des Journées du patrimoine patrimoine
Les Journées du patrimoine attirent 12 millions de visiteurs en France

Construit à partir du XVIIe siècle, ce château avec jardin symétrique, plan d'eau et arboretum avait été racheté en 2012 par un jeune repreneur décidé à l'embellir et le faire revivre. il est classé depuis 1975.

Le château de Carneville a été racheté en 2012 par un jeune repreneur décidé à faire renaître l'âme des lieux.
Le château de Carneville a été racheté en 2012 par un jeune repreneur décidé à faire renaître l'âme des lieux. Crédit : Wikimedia Commons

Théâtre des Bleus de Bar, Bar-le-Duc (Meuse)

Érigé en 1900, ce théâtre à l'italienne a été construit en béton armé par un commerçant, puis racheté par une œuvre catholique. Faute de moyens pour le remettre aux normes, il a été fermé dans les années 1970. Mais depuis 2015, trois Meusiens s'investissent dans sa réhabilitation.                    
Villa Viardot, Bougival (Yvelines)

Témoin du prestigieux passé de Bougival, la villa Viardot a été achetée en 1874 par l'écrivain russe Ivan Tourgueniev pour sa maîtresse, la cantatrice Pauline Viardot. La demeure de style palladien a accueilli les artistes les plus en vues de l'époque. Aujourd'hui dégradé et laissé à l'abandon, l'édifice doit être intégré à un Centre européen de musique qui englobera également la datcha et la villa Bizet, où vécut le célèbre compositeur de Carmen.                  
Château de Bussy-Rabutin, Bussy-le-Grand (Côte-d'Or)
Ce château de style Renaissance initialement bâti au XIIe siècle fut la propriété du comte Roger de Bussy-Rabutin. Mis à l'écart par Louis XIV pour ses écrits décrivant les frasques de la cour, l'homme de lettres décora son château d'environ 500 portraits aux commentaires parfois caustiques des membres les plus éminents de la cour. Le château est classé monument historique depuis 1862 et a été racheté par l'État en 1929.
                   
Rotonde ferroviaire de Montabon (Sarthe)
Construit en 1890, ce bâtiment semi-circulaire était un élément important de la ligne Paris-Bordeaux. Il comporte 10 voies intérieures desservies par un pont tournant qui était raccordé au réseau ferroviaire. L'installation a été abandonnée en 1954. Le site est classé depuis 2010.
                   
Fort-Cigogne, Fouesnant (Finistère)
Situé dans l'archipel des Glénans (Finistère), ce fort militaire du XVIIIe siècle a été construit pour protéger les populations contre les incursions de navires corsaires hollandais et anglais. Classé depuis 2013, l'édifice nécessite de nombreuses rénovations : sols, remparts, porche, pont-levis ou encore tour-amer.

Le Fort-Cigogne sur l'archipel des Glénans (Finistère).
Le Fort-Cigogne sur l'archipel des Glénans (Finistère). Crédit : MARCEL MOCHET / AFP

Église Notre-Dame, La Celle-Guénand (Indre-et-Loire)
Cette église romane construite au XIIe siècle a été classée Monument Historique en 1908. Elle est renommée pour sa façade et son portail, aujourd'hui très abîmé.
                   
Maison de Pierre Loti, Rochefort (Charente-Maritime)
Cet édifice est la maison d'enfance de l'écrivain-voyageur Pierre Loti, notamment auteur de Ramuntcho. Chambre arabe, salon turc, mosquée, salle gothique : derrière la façade banale d'une rue de Rochefort, la demeure regorge de trésors orientalisants. Mais le bâtiment a été fermé en 2012 car il nécessitait d'importantes rénovations.
                   
Aqueduc romain du Gier et pont-siphon de Beaunant, Chaponost et Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)
L'aqueduc romain du Gier est l'un des quatre aqueducs antiques qui alimentaient en eau la ville de Lugdunum. Quelques morceaux de l'ouvrage sont toujours visibles aujourd'hui, notamment 72 arches à Chaponost, aux portes de Lyon.

L'Aqueduc du Gier est l'un des quatre aqueducs qui alimentaient en eau la ville de Lugdunum.
L'Aqueduc du Gier est l'un des quatre aqueducs qui alimentaient en eau la ville de Lugdunum. Crédit : Wikimedia Commons

L'hôtel de Polignac, Condom (Gers)

Classé monument historique depuis 1990, l'hôtel de Polignac, édifié le long des remparts de Condom entre 1773 et 1777 et achevé peu avant la Révolution, recevra 780.000 euros pour la réfection de ses façades de calcaire blond. Autrefois tribunal d'instance, l'édifice abrite aujourd'hui une école élémentaire publique.
Pont d'Ondres, Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence)
Ce pont en pierres de taille constitué de deux arches inégales est une prouesse architecturale. Construit au XVIIe siècle, il enjambe le Verdon dans le village de Thorame-Haute. Il a été classé monument historique en 1977.
                   
Couvent Saint-François, Pino (Haute-Corse)
Bâti au XVe siècle, cet ancien couvent est aujourd'hui délabré après avoir accueilli une école privée catholique. Des travaux ont déjà débuté pour rénover la toiture et l'aile nord, puis l'aile ouest.
                   
Maison d'Aimé Césaire, Fort-de-France (Martinique)
Bâtie dans les années 1930, la maison du célèbre homme de lettres martiniquais va être transformée en musée. Les jardins, la véranda, les murs et la toiture devraient également être rénovés.

La maison d'Aimé Césaire à Fort-de-France (Martinique) va être transformée en musée.
La maison d'Aimé Césaire à Fort-de-France (Martinique) va être transformée en musée. Crédit : AFP

Habitation Bisdary, Gourbeyre (Guadeloupe)
Au XVIIIe siècle, les Jésuites ont acquis cette habitation sucrière dans laquelle travaillaient plus de 300 esclaves. Au XIXe siècle, l'exploitation agricole devient une usine sucrière. Endommagée à plusieurs reprises par des ouragans et des incendies, elle a été inscrite sur la liste des monuments historiques en 2007.
                   
Maison du receveur des douanes, Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane)
Ce bâtiment, construit autour d'un jardin à la française, apparaît en 1870 sur les plans de la ville de Saint-Laurent du Maroni. La Maison du receveur des douanes est inscrite au registre des monuments historiques depuis mars 2016.
                   
Maison Rouge, Saint-Louis (La Réunion)

Bâti au XVIIe siècle, ce vaste domaine cafétier puis sucrier reflète une grande partie de l'histoire coloniale de La Réunion. Il abrite le musée des Arts décoratifs de l'Océan Indien et est classé Monument historique depuis 2004.

Le domaine de Maison Rouge, à La Réunion.
Le domaine de Maison Rouge, à La Réunion. Crédit : Jean-Pierre Dalbéra / Flickr CC

L'usine sucrière de Soulou, M'Tsangamouji (Mayotte)
Créé en 1856, le domaine de Soulou abrite une ancienne sucrière et une exploitation agricole. Le domaine de 400 hectares a été en grande partie détruit 32 ans plus tard par un cyclone. On y trouve encore moulin à canne, hydroextracteurs et autres engins nécessaires à cette industrie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Patrimoine Stéphane Bern Loto
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793595442
Loto du patrimoine : les 18 sites en péril qui seront aidés en priorité
Loto du patrimoine : les 18 sites en péril qui seront aidés en priorité
CARTE INTERACTIVE - Cette opération lancée par Stéphane Bern doit permettre de financer la restauration de monuments historiques menacés.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/loto-du-patrimoine-les-18-sites-en-peril-qui-seront-aides-en-priorite-7793595442
2018-05-31 16:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pYZ4Nu7inP_YIhRHPUvAiw/330v220-2/online/image/2018/0531/7793596883_le-chateau-de-carneville-l-aqueduc-de-gier-et-le-domaine-de-maison-rouge-ont-ete-selectionnes-pour-etre-renoves-en-priorite.jpg