1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Les Experts", "Esprits criminels"... Plongée dans la "vraie" vie des profilers
2 min de lecture

"Les Experts", "Esprits criminels"... Plongée dans la "vraie" vie des profilers

Le quotidien des profilers et des experts qui travaillent à la résolution d'affaires judiciaires est bien loin des séries américaines diffusées à la télévisions. Explications.

Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon
"Les Experts", "Esprits criminels"... Plongée dans la "vraie" vie des profilers
06:09
Agnès Bonfillon

Le FBI, le site de Quantico fascine et donne lieu à de très nombreuses séries et notamment en ce qui concerne ce que l'on appelle le profilage. Dans Esprits criminels, les agents démontent le mécanisme psychique du ou des tueurs afin de les retrouver. Mais dans la vraie vie comment cela se passe-t-il ? Si des agents en science du comportements existent bien au sein du FBI, en France, les profileurs n'existent pas. Michèle Agrapar est bien placée pour le dire. Elle est l'une des plus grandes analystes criminelles et expert auprès des tribunaux. Elle a collaboré à de très nombreuses enquêtes. Par quoi commence les investigations ?

"Ce qui est le plus important, c'est la victime. Il y a toujours entre un auteur et une victime, un lien aussi futile soit-il. On voit ce qu'elle faisait, qui elle connaissait... Qui aurait pu lui vouloir du mal. À partir du profil psychologique de la victime, on arrive à des profils de personnes ayant pu passer à l'acte. Mais un individu ne dis jamais qui est coupable ou innocent. Cela appartient à la Cour", explique-t-elle.

Des écoles qui sont des arnaques

C'est vraiment une collaboration avec les enquêteurs et le juge d'instruction. Michèle Agrapard a passé de nombreux diplômes en criminologie entre autres et s'est retrouvée un peu par hasard à apporter son analyse, son aide aux enquêteurs en 1995 alors que les fichiers, les logiciels n'existaient pas. Mais alors que pense-t-elle des séries basées sur le profilage ? Elle répond : "Moi Les Experts, j'adore. Quand je vois ces supers femmes qui n'ont pas un gramme de cellulite, en talon sur une scène de crime... Ensuite, elle arrive à interpeller le coupable, connaître ses motivations et aller l'envoyer en prison. C'est un rêve pour nous". 

Certains jeunes pensent que ce métier de profileur existe véritablement. Et c'est là que ça devient un piège. "Il y a des écoles qui sont créées mais ce sont des escroqueries", explique Michèle Agrapard. Devenir expert auprès des tribunaux pour éventuellement collaborer avec la justice mais devenir profileur ou profileuse ne veut rien dire. Le site de Michèle Agrapar Psychocrime.com est très bien fait. C'est passionnant et cela permet d'y voir plus clair.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/