3 min de lecture Psychologie

Les expatriés déprimés peuvent consulter des psys à distance

Les expatriés déprimés ont souvent du mal à trouver des psychologues ou psychiatres parlant leur langue. Ce qui a conduit des thérapeutes à lancer des consultations à distance.

Des médecins au Népal effectuent des consultations par Internet le 26 mars 2010 (illustration)
Des médecins au Népal effectuent des consultations par Internet le 26 mars 2010 (illustration) Crédit : AFP / PRAKASH MATHEMA
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Quand on est expatrié, difficile de trouver un interlocuteur pour soigner un coup de cafard ou une déprime plus profonde: ce constat a conduit des thérapeutes à lancer des consultations de psychiatrie et psychologie à distance, un concept qui commence à séduire entreprises et ONG.

Habituée des missions humanitaires en Afrique, Julie, 29 ans, a vécu il y a quelques mois une expérience difficile: "J'étais dans un endroit reculé, avec des conditions de vie compliquées; j'avais énormément de travail et la frustration de ne pas pouvoir apporter toute l'aide voulue à la population locale. En fait, j'étais proche du 'burn out' ", raconte-t-elle.

"J'ai trouvé le soutien qui me manquait lorsque je suis loin"

De retour à Paris, avant de repartir sur une autre mission, elle découvre l'existence de consultations psy à distance, spécialement conçues pour des personnes expatriées ou en mobilité. Pour se rassurer avant de "sauter le pas", elle prend un premier rendez-vous à Paris dans le cabinet de l'une des psychologues du projet. Depuis, elle téléconsulte régulièrement avec elle. "J'ai trouvé le soutien qui me manquait lorsque je suis loin", affirme-t-elle aujourd'hui.

Difficile en effet de parler de soi, de ses baisses de moral, de ses passages à vide, dans une langue qui n'est pas la sienne. C'est ce constat qui a conduit Bernard Astruc, psychiatre et lui-même ancien expatrié, à cofonder Eutelmed. Cette société propose, via un système vidéo sécurisé, des consultations à distance avec des psychiatres et psychologues.

"Partenariats avec une dizaine de cliniques dans le monde"

À lire aussi
Parlons-Nous du 13 avril 2020 Parlons-nous
Quand la maîtresse prend toute la place

Pour rendre le projet possible, plusieurs freins ont dû être levés. "Pour les consultations de psychiatrie, nous avons conclu des partenariats avec une dizaine de cliniques dans le monde", explique par exemple le docteur Astruc.

Après une prise de rendez-vous en ligne, le patient peut se rendre dans ces lieux dédiés et téléconsulter. A la fin, un médecin local sera en mesure de lui délivrer une prescription, en accord avec la recommandation du psychiatre.

"Le décalage culturel peut exacerber des difficultés psychologiques"

Pour les consultations en psychologie, pas besoin d'intermédiaire. "Nous travaillons en seize langues avec un réseau de professionnels formés", et souvent sensibilisés aux problématiques de l'expatriation, explique Chrystel Chaudot, psychologue clinicienne, cofondatrice. La société commence aussi à proposer des téléconsultations en orthophonie.

Pour le sociologue du travail Alexandre Mathieu-Fritz, ces séances à distance répondent à un réel besoin. Car "les formes de souffrances psychiques liées à l'expatriation sont nombreuses", relève-t-il. Ainsi "la perte d'un proche ou une séparation sont d'autant plus dures à vivre que l'on est loin. Et le décalage culturel peut exacerber des difficultés psychologiques".

" Résultats jugés satisfaisants"

Il note que "la relation psy-patient est modifiée et nécessite des efforts d'adaptation: le thérapeute ne voit plus la personne totalement, ne partage pas le même espace-temps ou risque d'éprouver des difficultés pour interpréter un silence". Mais "les résultats obtenus sont jugés satisfaisants", selon les professionnels interrogés.

Les réflexions actuelles menées autour de la qualité de vie au travail et les risques psychosociaux pourraient bientôt concerner aussi les salariés expatriés, avance le sociologue. Les ONG et entreprises n'hésitent d'ailleurs plus à se préoccuper du bien-être de leurs expatriés, pas seulement sur le plan matériel.

GDF-Suez prévoit "une aide psychologique en cas de besoin"

"Avant leur départ, nous leur proposons systématiquement de participer à des sessions de découverte du pays, afin qu'ils soient le mieux préparés possible", explique Didier Acket, DRH d'une branche de GDF-Suez en charge de l'exploration et la production de gaz et du négoce de GNL, qui recense environ 120 expatriés.

Conscient que l'une des clés de la réussite de l'expatriation est "la bonne acclimatation de la famille", le groupe organise la scolarité des enfants à l'étranger, une aide à la recherche d'emploi pour le conjoint, mais prévoit aussi désormais "une aide psychologique en cas de besoin".

"Pendant le séjour, si une alerte survient, nous pouvons activer cette assistance à distance", note ainsi Didier Acket. "C'est important d'avoir cette possibilité dans notre palette et surtout, que le salarié expatrié sache que cela existe", estime-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Psychologie Société Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants