4 min de lecture Plainte

Les dessous de l'entretien de 2009 entre "Pierre" et le cardinal Barbarin

REPLAY - Les tourments de l'Église, des rendez-vous secrets concernant le diesel et la pollution et un portrait de Bernadette Chirac sont à lire ce matin dans la presse.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
REVUE DE PRESSE 16/03/2016 Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

La foule se presse gare de Lyon à Paris en ce mois de juin 2009. Au beau milieu de ce va et vient, deux hommes se reconnaissent. Ils ont rendez-vous. L'un porte un lourd secret, l'autre a accepté de le rencontrer pour qu'il lui en parle. Le premier s'appelle Pierre, il a 35 ans, le second se nomme Philippe, Philippe Babarin, archevêque de Lyon. Le deux hommes se retrouvent à la gare et s'isolent au Train Bleu, l'illustre brasserie située face aux quais.
 
Les yeux dans les yeux, Pierre va raconter à Philippe Barbarin  les attouchements sexuels subis 20 ans plus tôt par le prêtre Billoud qui officie à Lyon. Philippe Barbarin explique à Pierre qu'il n'a aucun doute sur la réalité des faits, le prêtre les lui a déjà avoués. "Je vous demande pardon en son nom" dit le cardinal Barbarin à Pierre,"je vais porter plainte", lui annonce ce dernier. Les deux hommes se séparent, sans avoir conscience du long compte à rebours qui vient de s'enclencher. Sept ans après le tête à tête du Train Bleu que raconte Le Parisien / Aujourdh'ui en France ce matin, le père Billoud a été suspendu le week-end dernier. Un épisode supplémentaire dans le feuilleton des affaires de pédophilie qui scandalisent la presse ce matin. 

"C'est bien la peine de pousser des cris d'orfraie à l'idée que des enfants puissent vivre entre deux parents de même sexe si c'est pour n'être pas fichue de garantir la protection de ces mêmes enfants des agressions sexuelles dans les tentes de scouts ou les sacristies" s'indigne Sébastien Lacroix dans L'Union - L'Ardennais.
 
Mais en fait ce qu'il faut lire contre toute attente c'est La Croix, justement. Le journal catholique met cette affaire en Une : "Pédophilie, l'église face aux victimes". Et dans un édito remarquable, Guillaume Goubert s'attaque au prix du silence... "Les catholiques en France ont trop longtemps cherché la protection du silence, pour protéger la réputation de l'église et celles aussi des familles concernées. Même motivé par un simple souci de pudeur, un tel silence se paie très cher. surtout pour les victimes condamnées à intérioriser une douleur qui les ronge. l'église est au service d'une parole qui libère, le devoir lui impose de faire davantage de place à la parole de ceux qui ont été blessés".

Dans la presse également, le lobby du diesel à Bruxelles.

L'info, écrit Le Canard enchaîné, n'aurait jamais dû sortir de sous le capot. Un rendez-vous secret un dimanche entre un responsable de la commission européenne et un représentant de l'association des constructeurs européens d'automobiles pour "bidouiller les nouvelles normes de pollutions imposés par l'Europe aux moteurs diesel. La rencontre a eu lieu le 11 janvier 2015, un dimanche, donc, en catimini, pour accoucher 9 mois plus tard d'une décision de Bruxelles qui autorise les fabricants à dépasser les normes antipollution de 110% jusqu'en 2019, et de 50% ensuite. 

C'est beaucoup plus laxiste que ce que promettait la commission en 2014, mais c'était avant le rendez-vous du dimanche. Juste en dessous, Le Canard enchaîné révèle une autre histoire de rencontre improbable en matière de pollution... Elle concerne le très médiatique pneumologue parisien Michel Aubier, connu pour minimiser régulièrement les effets des particules fines sur la santé... Le Canard enchaîné cite d'ailleurs une de ses interventions sur RTL l'an dernier juste avant le marathon de Paris.

À lire aussi
église
Italie : un prêtre décide de tout quitter pour vivre son grand amour


"On peut courir un marathon en période de pollution", la phrase en avait fait s'étouffer plus d'un... Le Canard enchaîné et Libération révèlent ce matin que le pneumologue est aussi le médecin conseil du groupe Total. Un rôle qu'il a caché à la commission d'enquête du sénat sur la pollution devant laquelle il a témoigné récemment. "Le docteur mal inspiré", titre Libé...

On termine avec un anniversaire...

La rencontre a lieu dans la bibliothèque feutrée de Sciences po, rue Saint Guillaume à Paris. Une jeune fille timide au look de bonne sœur étudie sagement à une table, un garçon la remarque,  elle est en train de lire "De la démocratie en Amérique", oeuvre de Tocqueville qu'ils doivent tous les deux étudier. Sans vergogne, le garçon demande à la fille si ça ne l'ennuie pas de lui prêter sa fiche de lecture une fois qu'elle l'aura terminée. 

La jeune fille le trouve culotté mais elle cède devant ce bel homme qui ressemble à une star américaine et qui la fait rire. Quelques jours plus tard, après s'être inspiré du travail de la jeune fille, le jeune homme obtiendra une meilleure note qu'elle... Histoire racontée ce matin par Amanda Sthers dans L'Express. Lui s'appelle Jacques, elle Bernadette. Voilà aujourd'hui 60 ans que le couple Chirac est marié... Des noces de diamant mais une vie d'épreuve en tout genre pour la jeune femme effacée devenue la première dame la plus populaire de la Cinquième République, une popularité que tente d'analyser L'Express avec un long portait : "Bernadette ombre et lumière". Portrait assez vachard en fait, avec le rappel de ses piques, ses caprices, son gout du faste comme quand elle avait fait rétrécir les allées du jardin de l'hôtel de ville de Paris mais interdit l'usage de tractopelles trop bruyants sous ses fenêtres... Les agents municipaux avaient dû enlever des tonnes de terre à la pelle et à la brouette.
 
"Le fond de sa personnalité se résume en deux mots, elle est snob et elle est méchante", dit un intime du couple. C'est oublier les pièces jaunes, c'est oublier aussi comment elle a tenu bon malgré les infidélités de son mari, faisant passer ses devoirs publics avant sa personne privée. C'est oublié aussi ce que lui avait dit Jacques juste après leur mariage : "Vous ratez tout et faites tout rater aux autres"... Elle n'a jamais oublié écrit L'Express. Qu'elle n'oublie pas non plus, écrit Amanda Sthers, qu'à l'arrivée il aura toujours une meilleure note qu'elle.

Cela dit, on ne sait pas quelle note lui donner pour sa toute dernière sortie à bord du Falcon de François Hollande qui les emmenait aux obsèques de Sophie Dessus en Corrèze il y a quelques jours. Elle a regardé le président et lui a dit "vous au moins, vous aimez les gens".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Plainte Prêtre Pédophilie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants