1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le vrai visage de la pauvreté en France
1 min de lecture

Le vrai visage de la pauvreté en France

REPORTAGE - À l'occasion de la trentième Journée mondiale du refus de la misère, RTL est allée à la rencontre des associations sur le terrain.

Une femme passe près d'un sans-abri à Paris, le 8 janvier 2017
Une femme passe près d'un sans-abri à Paris, le 8 janvier 2017
Crédit : AFP / Olivier Morin
Le vrai visage de la pauvreté en France
03:57
Le vrai visage de la pauvreté en France
03:48
Sophie Aurenche & Loïc Farge

Ce mardi 17 octobre 2017, c'est la Journée mondiale du refus de la misère. Ce rendez-vous est organisé, comme chaque année, par ATD Quart-Monde. Alors que l'association souffle sa 60e bougie, Emmanuel Macron doit réunir à 13 heures les associations présentes sur le terrain, mais aussi des experts et des entreprises. Il s'agit d'abord de mettre un visage sur la pauvreté en France. Comment la définir ? La pauvreté signifie "être peu pourvu", vivre de peu. Ensuite, il y a les statistiques. En France ce sont celles de l'Insee, qui a défini le seuil de pauvreté : 1.015 euros net par mois pour une personne seule, 1.523 euros pour un couple sans enfant. Au total, 8,8 millions de personnes sont concernées en France.

Mais ce n'est pas forcément la meilleure façon de mesurer la pauvreté, selon Louis Maurin, le directeur l'Observatoire de la pauvreté à Tours, pour qui ce chiffre dramatise peut-être inutilement la situation. "Il rassemble à la fois des familles véritablement dans le plus grand dénuement (parfois la misère) dans notre pays et une partie des familles modestes. On voit bien les risques d'exagération, du type 'regardez les pauvres d'aujourd'hui, on considère comme pauvre une famille avec deux enfants de plus de 14 ans qui gagnent 2.500 euros, ils partent en vacances, ils ont des écrans plats, etc.'", explique-t-il. "Sans exagérer les chiffres, je crois qu'il y a une urgence sociale à traiter", argue-t-il.

Un point de vue pas très politiquement correct qui ne fait pas l'unanimité. Pour cet Observatoire en tout cas, mieux vaut retenir le seuil de 846 euros par mois pour une personne seule. Soit 5 millions de personnes.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/