2 min de lecture Emploi

Le secteur marchand a créé 52 200 emplois au troisième trimestre

ÉDITO - Cet indicateur est important car il révèle vraiment le dynamisme des entreprises, bien davantage que le chômage.

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Le secteur marchand a créé 52.200 emplois au troisième trimestre Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Entre juillet et septembre 2016, la France a créé 52.200 emplois en plus. C'est le chiffre le plus élevé que l'on ait connu depuis l'avant-crise, à la fin 2007. Si on fait l'addition sur un an - en gros de la mi-2015 à la mi-2016 -, la France a créé 145.000 emplois au total. Il s'agit bien sûr d'emplois du secteur marchand, c'est-à-dire du privé, des emplois créés par les entreprises, et ce sont des emplois salariés.

Dans quels secteurs ces emplois ont-ils été créés ? Cela suit les tendances récentes : l'industrie a continué à détruire des emplois, la construction est à peu près étale, et ce sont les services qui sont les grands pourvoyeurs. L'autre élément à remarquer, c'est qu'une grosse moitié de ces emplois nouveaux ont été crées dans l'intérim. Là encore, rien que de très classique. Nous sommes toujours dans la phase précoce de la reprise du marché de l'emploi. C'est toujours ainsi que cela redémarre.

La tendance est bonne

La machine à créer des emplois est repartie à un rythme réel, mais modeste. Dans les grandes années, la France créait plus de 500.000 emplois par an (en 1999 ou en 2000, par exemple). Nous en sommes au tiers seulement. La croissance économique (celle du PIB) est d'ailleurs aussi à peu près du tiers de celle d'alors. Par ailleurs, il faut rapporter les créations au nombre d'emploi total : ça fait 52.000 sur 16 millions. On voit bien qu'il n'y a pas de quoi bouleverser la donne.

Sur un an, cela représente une croissance de l'emploi d'un peu moins de 1%. Il faut aussi rapporter ce nombre de 52.000 à celui des chômeurs (ils sont 3,5 millions) :on voit bien que ce n'est pas à la mesure du problème. Mais la tendance est bonne.
 
L'Insee a publié parallèlement une étude sur les arrivées d'emploi et de résidents dans nos régions. Alors, la période n'est pas la même : c'est un peu plus ancien puisque cela concerne 2013. Mais on peut penser qu'il y a une certaine inertie dans ces mouvements, et qu'une photo de 2013 nous donne des informations qui sont toujours valables aujourd'hui. Ce sont les villes, et en particulier les agglomérations de plus de 230.000 emplois, dont le marché du travail est le plus dynamique.

Plus il y a d'emplois, plus on en crée

À lire aussi
Manifestation contre les suppressions d'emplois chez Nokia Lannion, le 4 juillet. industrie
Plusieurs milliers de manifestants à Lannion contre les suppressions d'emplois chez Nokia

Il y a seize zones de cette taille en France. Entre 2008 et 2013, l'emploi dans ces zones a progressé de 3%, alors qu'il est resté stable sur le reste du territoire national. Ces zones concentrent en particulier les emplois qualifiés.

À l'opposé, les territoires qui sont peu attractifs sont les bassins d'emploi de taille plus modeste, autour de 35.000 emplois, lorsqu'ils sont éloignés des métropoles. C'est le cas d'une bonne partie de la Bretagne, de l'extrême sud-est de la France, dans le quart nord-est de la France. Mais attention : les métropoles du Nord, comme Lille et même Roubaix, sont plutôt dynamiques. Autre zones défavorisées : le Massif central, au moins les régions les moins peuplées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Travail Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants