1 min de lecture Intempéries

Le maire de Montpellier a signé l'arrêté d'état de catastrophe naturelle

REPLAY - La capitale de l'Hérault a souffert des fortes intempéries du lundi 29 septembre. Aucune victime n'est toutefois à déplorer.

Philippe Saurel, maire de Montpellier
Philippe Saurel, maire de Montpellier Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Calvi-245x300
Yves Calvi et Romain Renner

La ville de Montpellier a subi l'équivalent de quatre mois de pluie en 36 heures. Une situation jamais vue en cinquante ans. "Il n'y a aucune victime parmi la population de Montpellier, seulement des dégâts matériels d'importance pour les habitations et la voirie", affirme Philippe Saurel, le maire de Montpellier.

L'édile recommande à ses administrés de "dégager les véhicules le long de voies qui posent des problèmes de circulation" et de "mettre en place les dispositifs d'assurance personnelle pour ceux qui ont subi des dégâts matériels".

Mille pompiers supplémentaires envoyés à Montpellier

Philippe Saurel, maire de Montpellier
Partager la citation

Alors que l'état de catastrophe naturelle "sera transmis au gouvernement" dans la journée, ce sont "mille pompiers supplémentaires" qui ont été dépêchés par le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur. La vie reprend peu à peu dans la capitale héraultaise : "Les écoles sont ouvertes (...) et les transports en commun ont repris hier soir avec une vitesse très lente, explique Philippe Saurel. Beaucoup de routes et quartiers sont dégagés mais il y a de longues traînées de boue et des arbres qui jonchent la chaussée".

>
Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, fait le point sur les intempéries dans sa ville Crédit Image : RTL | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Intempéries Montpellier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants