1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le journal de 19h : l'Agence nationale de sécurité du médicament serait en pleine crise
1 min de lecture

Le journal de 19h : l'Agence nationale de sécurité du médicament serait en pleine crise

REPLAY INTÉGRAL - Selon trois rapports officiels, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ne serait plus apte à traiter des alertes sanitaires.

Un micro RTL
Un micro RTL
Crédit : RTL
Le journal de 19h : l'Agence nationale de sécurité du médicament serait en pleine crise
11:39
Maxence Lambrecq & La rédaction de RTL

D'après trois rapports officiels distincts, que révèle Mediapart, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ne serait plus en mesure de faire face à des alertes sanitaires comme celle du Mediator. Ils décrivent une situation alarmante au sein de l'ANSM.

Ces documents émanant de la Cour des comptes, de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et d'un cabinet d'audit font en effet état de centaines de dossiers en retard, un climat détestable et des arrêts-maladies à répétition. Leurs conclusions sont d'autant plus inquiétantes que l'ANSM a subi une complète réorganisation en 2011.

Dominique Martin, directeur général de l'ANSM, ne nie pas l’existence d'une situation tondue. Selon lui, elle est liée au scandale du Médiator. Cependant, il précise que des améliorations ont été faites depuis sa prise de fonction en août 2014.

Dès mon arrivée, j'ai mis en place des projets prioritaires, qui visent à rattraper le retard sur le traitement des dossiers, à s'assurer de la qualité de vie au travail et à renforcer les dispositifs de surveillance : la pharmacovigilance et la pharmaco-épidémiologie.

Dominique Martin, directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

À écouter également dans ce journal

- Le dernier bilan des Français tués au Népal lors du séisme du 25 avril s'élève désormais à dix. Selon le Quai d'Orsay, deux de nos compatriotes ont perdu la vie à Katmandou et huit autres dans la vallée du Langtang.
- Malgré la chute de l'un de ses avions samedi dernier à Séville (Espagne), Airbus a décidé de poursuivre son programme de tests en vol de ses A400M. Ce lundi, une minute de silence a été observée sur tous les sites du consortium européen.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/