1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le journal de 19h : Jacques Toubon commente le refus d’inhumation d'un bébé rom à Champlan
2 min de lecture

Le journal de 19h : Jacques Toubon commente le refus d’inhumation d'un bébé rom à Champlan

REPLAY INTÉGRAL - Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a livré ce jeudi sa décision concernant l'affaire du refus d'inhumation d'un bébé rom à Champlan, fin décembre. Il évoque une consigne "illégale et discriminatoire".

Un micro RTL
Un micro RTL
Crédit : RTL
Le journal de 19h : Jacques Toubon commente le refus d'inhumation d'un bébé rom à Champlan
12:31
Julien Sellier & La rédaction de RTL

Dans l'affaire du refus d'inhumation d'un bébé rom à Champlan (Essonne), fin décembre, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a rendu ce jeudi sa décision. Il a jugé que le maire de la ville avait donné une consigne "illégale et discriminatoire" à ses services.

"La mairie de Champlan avait traité de manière différente les personnes qui vivent de manière permanente sur le territoire de la commune et les personnes qui, en quelque sorte, ne sont que passagères et qui sont considérées comme population précaire, ou population migrante, et ceci est constitutif d'une discrimination", a-t-il indiqué.

Rappelons que Maria Francesca, la fillette rom âgée de deux mois et demi dont les parents vivent depuis des mois dans le bidonville de Champlan, était décédée au centre hospitalier de Corbeil, le soir de Noël. Sa famille avait alors sollicité Christian Leclerc, maire divers droite, pour inhumer l'enfant dans sa commune. Mais selon l'Association de solidarité en Essonne avec les familles roumaines et roms (ASEFRR), elle avait essuyé un refus, jugé non justifié.

Un mois après le décès de la petite Maria Francesca, la petite communauté rom de Champlan en veut toujours terriblement à la mairie.

La réponse cinglante de Valls à Sarkozy sur "l'apartheid"

À lire aussi

Manuel Valls a répondu ce jeudi 22 janvier à Nicolas Sarkozy, qui l'avait accusé d'avoir commis une "faute" en parlant d'"apartheid" pour qualifier la situation de certains quartiers parisiens. Dans sa riposte, le Premier ministre a reproché à l'ancien Président de vouloir "briser l'esprit du 11 janvier".

"Dans ces moments-là, tout le monde, et à commencer par les responsables politiques, ceux qui gouvernent, comme ceux qui hier ont gouverné, doivent être grands, pas petits", a déclaré Manuel Valls. "Il faut penser à la France et se hisser aux exigences des Français", a-t-il poursuivi.

À écouter également dans ce journal

- La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé ce jeudi un plan massif de rachat d'actifs afin de soutenir l'économie de la zone euro. Elle va racheter plus de 1.100 milliards d'euros de dette publique et privée, entre mars 2015 et septembre 2016.
- Najat Vallaud-Belkacem a dévoilé ce jeudi onze nouvelles mesures pour prôner l'enseignement laïc et moral. Celles-ci font également suite à la nécessité de réaffirmer les valeurs républicaines à l'école après les attentats de Paris. Cette annonce ne satisfait pas la FSU.
- Alors que le mouvement des généralistes entre dans sa deuxième semaine, l'association SOS Médecins a annoncé ce jeudi qu'elle "suspendr(ait) son activité" dimanche, pour 24 heures, pour dénoncer les risques de "suppression du médecin de garde la nuit".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/