1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le journal de 11h : des peines de 8 à 20 ans de réclusion dans le procès de la rixe d'Echirolles
1 min de lecture

Le journal de 11h : des peines de 8 à 20 ans de réclusion dans le procès de la rixe d'Echirolles

REPLAY - Le ministère public avait requis des peines de 10 à 20 ans de réclusion criminelle à l'encontre des accusés, âgés de 19 à 24 ans.

Un micro RTL
Un micro RTL
Crédit : RTL
Le journal de 11h : des peines de 8 à 20 ans de réclusion dans le procès de la rixe d'Echirolles
03:39
Céline Landreau

La cour d'assises de l'Isère a condamné ce samedi 12 décembre dix des douze accusés des meurtres de Kevin et Sofiane en 2012 à Échirolles à des peines allant de 8 à 20 ans de réclusion criminelle, et acquitté deux autres. Le ministère public avait requis des peines de 10 à 20 ans de réclusion criminelle à l'encontre des accusés, âgés de 19 à 24 ans, dont deux mineurs au moment des faits. La peine la plus lourde, 20 ans, a été prononcée à l'encontre d'Ilyes Tafer, accusé d'avoir porté des coups de couteau lors de la rixe, alors qu'il n'avait reconnu que des coups de poing. Les verdicts ont été rendus dans une atmosphère très tendue.

À écouter également dans ce journal

- Michel Platini a reçu un double coup de massue : la confirmation de sa suspension provisoire par le Tribunal arbitral du sport (TAS) et l'annonce d'une sanction presque inéluctable selon un porte-parole de la Fifa. 

- Dans la nuit de vendredi 11 à samedi 12 décembre, au terme d'une minutieuse relecture du texte ligne par ligne, la présidence de la COP a annoncé la finalisation du projet d'accord

- 10 000 écologistes devraient se mobiliser ce samedi à Paris pour manifester pour le manque de courage des représentants de la COP21. 

À lire aussi

Veille du scrutin régional : l'abstention sera-t-elle aussi importante qu'au premier tour ? Les demandes de procuration se sont pourtant multipliées cette semaine.

- Le Conseil d'Etat a renvoyé vendredi au Conseil constitutionnel la délicate question des assignations à résidence, alors que le débat sur l'état d'urgence et les libertés publiques ne fait que commencer en France.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/