1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le cargo spatial va rentrer dans l'atmosphère entre le 5 et le 12 mai
1 min de lecture

Le cargo spatial va rentrer dans l'atmosphère entre le 5 et le 12 mai

REPLAY / INVITÉ RTL - Lionel Suchet, directeur au CNES, explique cependant que les chances pour que le choc crée des dégâts sont infinitésimales.

Photo prise de la mission Apollo XI, d'une partie du globe terrestre, le 24 juillet 1969, lors de son retour sur Terre (illustration)
Photo prise de la mission Apollo XI, d'une partie du globe terrestre, le 24 juillet 1969, lors de son retour sur Terre (illustration)
Crédit : NASA / AFP
Le cargo spatial va rentrer dans l'atmosphère entre le 5 et le 12 mai
06:06
Yves Calvi & La rédaction numérique de RTL

Sept tonnes, huit mètres de long et 2,20 mètres de diamètre qui se dirigent vers la Terre. Voilà de quoi relancer les scénarios catastrophes et se replonger dans les différentes hypothèses qui permettraient d'empêcher l'inéluctable collision. Invité d'Yves Calvi, le directeur du Centre spatial de Toulouse tient à rassurer : "La probabilité pour que cela fasse des dégâts est infinitésimal". 

Le risque que quelques morceaux de ce Progress tombent sur le sol n'est pas complètement nul

Lionel Suchet, directeur du CNES Toulouse

La raison est simple, le cargo ravitailleur déboule à une vitesse de 8km/seconde, et son déplacement crée des frottements qui finissent par désagréger l'objet. "Le cargo freine au niveau de l'atmosphère, son corps se chauffe et se fragmente, tout finit par se consumer même si le risque que quelques morceaux de ce Progress tombent sur le sol n'est pas complètement nul", explique le directeur du CNES de Toulouse. 

La France, équipée de radars, suit la progression de l'engin en permanence et partage ses informations avec des scientifiques russes et américains. Ainsi les mesures permettent de mesurer l'entrée dans l'atmosphère du cargo ravitailleur entre le 5 et le 12 mai prochains. 

Les raisons de la chute du cargo spatial

Deux hypothèses sont évoquées par le directeur du Centre spatial de Toulouse pour expliquer la chute du "cargo ravitailleur". Soit le lanceur n'a pas donné assez d'énergie au satellite lors des neuf premières minutes du décollage et l'a mis dans une mauvaise position, soit "le lanceur aurait rempli sa fonction mais le Progress aurait pu faire une mauvaise manœuvre et se mettre dans une situation délicate". 

À lire aussi

Sa chute est donc inéluctable, mais entre sa désagrégation progressive et la faible probabilité que des morceaux s'écrasent sur la terre ferme, il y a peu de chance pour que nous soyons en danger. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/