1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le camp de migrants de Grande-Synthe réduit en cendres par un incendie
2 min de lecture

Le camp de migrants de Grande-Synthe réduit en cendres par un incendie

REPLAY - RTL - Les sujets du jour : Le camp de migrants de Grande-Synthe réduit en cendres par un incendie ; "Vous Candidat" et la proposition de Gérard, auditeur de Seine-et-Marne, la suppression de l'ISF ; Faire la sieste rend heureux selon une étude de chercheurs britanniques.

Des migrants devant le camp de Grande-Synthe réduit en cendres, le 11 avril 2017.
Des migrants devant le camp de Grande-Synthe réduit en cendres, le 11 avril 2017.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Les auditeurs ont la parole du 11 avril 2017
29:40
Christelle Rebière & AFP & Vincent Parizot

Le camp de migrants de Grande-Synthe (Nord), qui se voulait un abri exemplaire pour les migrants rêvant de passer en Angleterre, a vécu: après des bagarres, un violent incendie a ravagé l'essentiel de ses 300 chalets lundi soir, selon les autorités. 

Vers minuit lundi, le camp dit de La Linière, voulu par le maire écologiste de la commune Damien Carême pour en finir avec le camp voisin du Basroch, a été réduit à un "amas de cendres" et "il sera impossible de remettre des cabanons à la place de ceux qui existaient auparavant", a déclaré à la presse le préfet du Nord, accouru sur place depuis Lille. 

Ouvert en mars 2016, cet ensemble construit par Médecins sans frontières (MSF) et la ville comptait 1.500 migrants, principalement des Kurdes irakiens, hébergés au sec dans des abris en dur et non plus sous des tentes. 

Ce camp, réputé pour être tenu par des passeurs kurdes irakiens, avait été le théâtre de plusieurs incidents sérieux ces derniers mois, nécessitant de faire appel à la police. 

Lundi, le sinistre, extrêmement violent, s'est déclaré "en fin d'après-midi, vers 18H00", selon Olivier Caremelle, directeur de cabinet du maire (EELV) Damien Carême. 

Les migrants ont été évacués du camp et seront relogés dans des hébergements d'urgence, a assuré le préfet, précisant que la ville de Grande-Synthe avait d'ores et déjà mis à disposition deux gymnases. 

Une rixe entre Afghans et Kurdes, qui a d'abord fait dans l'après-midi six blessés à l'arme blanche, est à l'origine de l'incendie a affirmé le préfet du Nord Michel Lalande. 
                   
Selon plusieurs témoignages, la discorde est venue de l'augmentation du nombre d'Afghans, arrivés après le démantèlement de la "Jungle" de Calais, à 40 km de là. 

Les Afghans étaient mécontents d'être parqués dans les cuisines collectives tandis que les Kurdes dormaient dans des chalets dont le nombre n'a pas été accru. 

À écouter aussi

Lors de l'hiver 2016, la préfecture du Nord avait refusé de cautionner l'ouverture du camp, invoquant notamment des défauts de sécurité, notamment en cas d'incendie. 

La mairie de Grande-Synthe avait fait faire des travaux supplémentaires, et l'Etat avait finalement accepté de financer le fonctionnement de ce camp aux normes ambitieuses. 

La rédaction vous recommande

Faites-vous confiance aux manèges des fêtes foraines ?

Faites-vous confiance aux manèges des fêtes foraines ? RTL vous invite à répondre à la question du jour.
 

Sondage
Faites-vous confiance aux manèges des fêtes foraines ?*
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/