1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "La survie d'Air France n'est pas en jeu", selon un syndicat de pilotes sur RTL
2 min de lecture

"La survie d'Air France n'est pas en jeu", selon un syndicat de pilotes sur RTL

INVITÉ RTL - Philippe Evain, président du SNPL (syndicat national des pilotes de ligne), revient sur la démission du PDG d'Air France, Jean-Marc Janaillac, et le conflit qui oppose la direction de la compagnie aux syndicats depuis février.

Jean-Marc Janaillac, ancien PDG d'Air France KLM
Jean-Marc Janaillac, ancien PDG d'Air France KLM
Crédit : AFP
"La survie d'Air France n'est pas en jeu", selon un syndicat de pilotes sur RTL
07:14
"La survie d'Air France n'est pas en jeu" pour Philippe Evain
07:12
Éléonore De Marnhac

Fortes turbulences chez Air France. 3 jours après la démission fracassante de son PDG Jean-Marc Janaillac, la situation reste plus que jamais bloquée. A tel point que certains s'inquiètent réellement de l'avenir de la compagnie. 

Pour Philippe Evain, président du SNPL, premier syndicat de pilotes d'Air France, la démission de Jean Marc Janaillac "n'était pas ce que nous souhaitions. Il était plutôt aimé dans l'entreprise même s'il n'a jamais fait preuve d'un dialogue social très poussé."

Il regrette par ailleurs que les négociations avec la direction de l'entreprise les aient "menés dans le mur (...) le DRH n'a pas compris le malaise qui régnait dans l'entreprise". Par ailleurs,concernant la concertation, le syndicaliste d'affirmer "si le oui était apparu, on aurait bien entendu demandé aux syndicalistes d'arrêter le mouvement et de reprendre le travail."

De plus, puisque les salariés demandent 5% de hausse de salaires et la direction en propose 2%, "il y a forcément un compromis possible" analyse Philippe Evain. Il l'assure, cette hausse de salaire "représente une centaine de millions d'euros" soit "moins que l'intéressement que touchent les salariés".

Le dialogue social "n'est pas une option à Air France"

À lire aussi

Dimanche 6 mai, le ministre de l'économie Bruno Le Maire a déclaré sur BFM TV que "la survie d'Air France [était] en jeu". Des propos qui ont "vraiment choqué" les syndicats qui estiment que le ministre "recycle des vieilles idées reçues". Philippe Evain l'assure "la survie d'Air France n'est pas en jeu (...) on vient de réaliser le meilleur résultat de notre histoire, près de 1 milliard 500 millions d'euros de bénéfices". 

Pour le président du premier syndicat de pilotes d'Air France, le problème de rentabilité de l'entreprise ne vient que des charges que fait peser l'État sur la compagnie aérienne qui frôlent le milliard d'euros. Ces charges et taxes auraient un impact direct sur la compétitivité de l'entreprise par rapport aux compagnies low-cost car "ce milliard on ne l'a pas à la fin de l'année pour investir" analyse-t-il. 

Enfin, le prochain PDG idéal aurait le même profil que Jean-Marc Janaillac "avec une sensibilité au dialogue plus prononcé" car "ce n'est pas une option àAir France".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/