4 min de lecture

L'appauvrissement des sols agricoles, facteur d'inondation et de sécheresse

L'exploitation intensive et industrielle des sols agricoles a des conséquences qui peuvent devenir dramatiques en cas de fortes intempéries ou de sécheresse.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
L'appauvrissement des sols agricoles, facteur d'inondation et de sécheresse Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

La pluie, la pluie qui dure longtemps et qui s'infiltre dans le sol jusqu'à la saturation : voilà l'explication que fournissent depuis une semaine tous les spécialistes en hydrologie qui décrypte les inondations. Ce matin sur RTL, on vous a aussi parlé  de la "bétonisation" et de la disparition des haies qui aggravent la situation. Mais ce dont on parle très peu et qui est pourtant capital, c'est l'appauvrissement des sols agricoles. Le site Reporterre y consacre un long article ce matin avec une mise au point nécessaire.

Un sol en bon état est riche en matières organiques, c’est-à-dire en petites racines, en petites bêtes et en particulier en vers de terre qui creusent des galeries. Le sol est alors poreux, plein de petits trous, qui lui permettent d’absorber l’eau. Un sol vivant peut ainsi absorber jusqu’à 300 millimètres d’eau par heure ! Davantage que la quantité tombée ces jours-ci. Le problème, explique un agronome, c'est qu’avec l’intensification de l’agriculture, "les éponges sont devenues des toiles cirées »,  «on a peu d’arbres et peu de rotation des cultures, donc peu de racines. Le gigantisme des parcelles a entraîné l’utilisation de machines agricoles de plus en plus lourdes, qui tassent le sol. L’eau ne peut plus s’infiltrer".

A cela s'ajoute l’utilisation de produits phytosanitaires, comme "le Roundup qui tue la faune capable d’aérer le sol, et des engrais qui minéralisent la matière organique, la brûlent et la consomment trop vite". Le ruissellement ne se contente pas de favoriser les inondations, il emporte de la terre à chaque grosse averse et le sol disparaît peu à peu. On le voit à la couleur de l'eau brunâtre dans les rivières en crue. Et sur ces terres agricoles abîmées, aux inondations succède la sécheresse. Le sol n’a pas retenu d’eau. "Et si dans un mois, il y a un peu de chaleur, vous allez voir que les agriculteurs vous diront qu’ils ont des sols secs", et ce ne sera pas un mensonge.

L'Église face aux scandales de pédophilie

"Comme une mère affectueuse", ainsi s'intitule la loi de 5 articles signés ce week-end par le pape. Au Vatican, on appelle cela un "Motu proprio", un décret en quelque sorte, qui rend possible la révocation d'un évêque en cas de négligence dans le traitement des abus sexuels dans l'église. C'est la une de La Croix ce matin : "Pédophilie : les évêques en première ligne". Le dispositif, qui entrera en vigueur le 5 septembre prochain, ne sera pas rétroactif... Fermez le ban ! Alors ce qu'il faut lire à ce sujet ce matin, c'est cet article du Monde publié hier et que vous retrouverez sur le site du journal, "Comment l'Eglise a tenté d'étouffer l'affaire Preynat", du nom de ce prêtre, Bernard Preynat, accusé d'agressions sexuelles sur de jeunes scouts dans le diocèse de Lyon. Le dossier judiciaire que Le Monde a pu consulter montre que l'Eglise savait depuis 40 ans et a étouffé le scandale.

Les parents d'une de ses victimes se souviennent comment, en mai 1990, ils étaient allés voir le père Preynat après que leur petit garçon leur ait raconté avoir été embrassé sur la bouche par le curé. Le père Preynat les avait reçus en présence de son supérieur, le père Jean Plaquet, qui s'était tourné vers le père Preynat en lui disant devant les parents "Ben alors, t'as recommencé ? Tu sais que si tu étais dans le civil tu pourrais te retrouver en prison ?".

Jean-Luc Mélenchon, l'homme du jour

Il est absolument partout au lendemain de son discours, place Stalingrad à Paris, pour lancer sa campagne victorieuse pour 2017. Le "Méluche tour, c'est parti !" titre Le Parisien-Aujourd'hui en France, et les éditorialistes s'en donnent à coeur joie en reprenant les saillies de Mélenchon comme "salut les tee-shirts, salut les sans costards, salut les sans Rolex". On retient aussi qu'il s'en est pris à François Hollande et Manuel Valls rebaptisés "Plouf et Chocolat".

"Mélenchon lance sa campagne anti-Hollande", titre Le Figaro en une, où Yves Thréard retient une autre phrase du meeting d'hier : "Les bulletins de vote sont les balles de nos fusils". Sale ambiance, mais "François Hollande a donné toutes les cartouches à l'artilleur de Stalingrad pour qu'il fasse feu", écrit Thréard.

"Sacré Mélenchon !" s'exclame Laurent Bodin dans L'Alsace. A dix mois et demi du scrutin, il a choisi le bon timing pour lancer sa campagne puisque la France grogne. Il est parti comme un lièvre et rien ne l'arrêtera. "Lui devant et tous derrière" écrit Matthieu Verrier dans La Voix du Nord. "OPA hostile" titre le Huffington Post  : "Avec sa France insoumise, Mélenchon met la gauche et le PCF au pied du mur". À ceux qui s'en souviennent, la bataille de Stalingrad fut certes une victoire pour le camp soviétique, mais aussi l'une des plus meurtrières de l'histoire. La gauche est prévenue.

Euro : J-4 ! La presse piaffe d'impatience

"Va-t-on enfin pouvoir s'amuser ?", se demande en une Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui rappelle que l'Histoire offre parfois un peu de réconfort. On ne parle plus de la bataille de Stalingrad mais de la Coupe du monde 1998. Qui se souvient des jours qui ont précédé le début de la compétition ? Il y a 18 ans, pourtant, les menaces de blocage du pays faisaient déjà l'actualité et à 4 jours du coup d'envoi du Mondial, Le Parisien titrait "Air France rate son mondial".

On en était à la 9ème journée de grève des pilotes pour des hausses de salaire. Ils avaient finalement repris le travail le matin du coup d'envoi, après un accord trouvé en pleine nuit. Alors il y a ceux qui trouveront cela désespérant et à l'image du dialogue social en France et ceux, les superstitieux, qui trouveront cela encourageant. "Euro 2016 : la France ne doit pas se louper" titre de son côté L'Opinion.

Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783521795
L'appauvrissement des sols agricoles, facteur d'inondation et de sécheresse
L'appauvrissement des sols agricoles, facteur d'inondation et de sécheresse
L'exploitation intensive et industrielle des sols agricoles a des conséquences qui peuvent devenir dramatiques en cas de fortes intempéries ou de sécheresse.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/la-revue-de-presse-du-06-juin-2016-7783521795
2016-06-06 14:10:37
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1RKEQ2FgZY42qgOtqPejXg/330v220-2/online/image/2015/0828/7779537317_adeline-francois.jpg