1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La presse tacle les Parisiens éliminés de la Ligue des champions
5 min de lecture

La presse tacle les Parisiens éliminés de la Ligue des champions

REPLAY - Le PSG piteusement battu par Manchester City mardi 12 avril en quarts de finale de la Ligue des champions se fait attaquer de toutes parts par la presse française ce mercredi.

REVUE DE PRESSE 13/04/2016
00:06:22
Adeline François & La rédaction numérique de RTL

Si vous avez 15,50 € à dépenser ce mois-ci dans une lecture, il faut aller acheter la Revue XXI qui sort ce mercredi 13 avril. Pour y lire notamment l'incroyable récit du journaliste écrivain Emmanuel Carrère qui est allé passer deux semaines à Calais, non pas pour y raconter une énième fois la Jungle, mais pour y raconter la ville à l'ombre du camp de migrants. Et c'est à couper le souffle. Comme un prolongement de son livre D'autres vies que la mienne
Les autres vies, ce sont celles de ces Calaisiens coupés en deux, les pro et les anti-migrants, ceux qui y sont allés, et ceux qui n'y ont jamais mis les pieds dans cette "Jeungeule". Parce que c'est comme ça qu'on dit, dire la "jungle" c'est comme dire "israélite" pour parler d'un juif ou dire "Mittrand" pour parler de l'ancien Président. Ces Calaisiens qui n'en peuvent plus qu'on ne parle d'eux qu'à travers "ça", cette chose qui nous grignote tous, tout le temps.
Un matin au cours de son reportage, le réceptionniste de l'hôtel remet à Emmanuel Carrère une lettre signée d'une mystérieuse Marguerite Bonnefille. Elle a reconnu l'écrivain qui entrait dans l'hôtel, elle lui écrit : "Non, pas vous ! Ras le bol de ces people qui viennent faire leur beurre à Calais et nous prennent pour des rats de laboratoire. Que venez vous faire ici ? Calais est devenu un zoo dont je suis une des guichetières, je connais le circuit alors je me demande : dans quels pièges tomberez-vous?" 

Cette lettre va être le fil rouge de tout le récit d'Emmanuel Carrère. Il va effectivement tomber dans tous les pièges, les visites obligées des bars, de la maison de la culture, la librairie, le quartier Saint-Pierre. Il soupçonnera chaque visage croisé d'être celui de sa mystérieuse correspondante, dont on découvre l'identité à la fin. 

Les chercheurs contre le terrorisme

Comment les chercheurs luttent contre le terrorisme ? C'est à lire dans Le Parisien-Aujourd'hui en France. Dans les jours qui ont suivi les attentats du 13 novembre, le CNRS avait lancé un appel à la communauté scientifique pour recueillir des idées permettant de comprendre, de prévenir ou de répondre à la menace terroriste. Cinq mois plus tard, l'appel a été entendu au-delà des espérances, près de 300 contributions ont été envoyés du monde entier. Des chimistes se sont proposés de mettre au point des dispositifs de neutralisation d'armes chimiques, des chercheurs en sciences sociales souhaitent analyser l'impact de l'incarcération sur le processus de radicalisation. 57 de ses projets vont bénéficier d'un financement. Notamment celui d'un chimiste qui veut mettre au point un adn olfactif permettant de confondre une personne recherchée sur la base de son odeur.

Les "faux génies"

L'Express en kiosque ce mercredi raconte la folle histoire des faussaires de la science. "Des faux génies qui ont hissé la mystification scientifique au rang d'un art véritable". Parmi eux, Otto Overbeck, l'inventeur en 1930 du Rejuvenator, la première machine électrique à rajeunir, mais surtout Wolfgang Von Kempelen, l'inventeur de la première intelligence artificielle. Il avait mis au point en 1769 un automate qui savait jouer aux échecs comme Deep Blue. Sauf qu'il fut démasqué quand on découvrit qu'à l'intérieur de sa machine, il y avait un homme, un vrai, un maître d'échec !

Paris tragique

"Quel fiasco", s'exclame L'Équipe en Une. "Ce PSG là ne méritait pas d'aller en demie-finale", titre Le Figaro, "La fin d'une génération", en Une du Parisien-Aujourd'hui en France avec un dessin de Ranson montrant un supporter rentrer chez lui les bras ballants. "Nuit debout, matin chagrin". Les journaux sont sans pitié pour ces Parisiens éliminés piteusement de la Ligue des champions mardi 12 avril. Les tabloïds anglais mettent tous en Une la même photo, celle de Kevin de Bruynes, seul buteur de la soirée. "Simply the best", titre le Sun. Chez nous, c'est un Zlatan Ibrahimovic penaud, tête baissée qui fait les Unes mais c'est l'entraîneur qui se fait surtout étriller. "Le PSG a encore fait chou blanc", titre So Foot sur son site.

"On n'a rien compris aux décisions de Laurent Blanc hier soir", assène Le Parisien qui propose une analyse originale : "si le PSG est refoulé aux portes du carré VIP du football pour la 4ème année de suite, s'il bute sur ce plafond de verre, ce n'est plus pour une question de standing, c'est parce qu'il n'a plus en France d'adversaire à sa mesure. À force de se promener dans leur jardin hexagonal, écrit Frédéric Vézard, les stars parisiennes bercées par le doux ronronnement des victoires trop faciles, semblent devenues bien tendres dans la jungle de la Ligue des champions".

Les animaux au beau fixe

Enfin deux bonnes nouvelles, d'abord dans Le Monde et Le Parisien qui nous apprennent que pour la première fois depuis 100 ans, la population de tigres est en augmentation. Selon un recensement du WWF, on en compterait aujourd'hui 3.890 vivant dans leur habitat naturel. C'est 700 de plus qu'il y a 5 ans. C’est principalement en Russie, au Bhoutan, au Népal et en Inde que la population est en hausse, des pays où l'on a créé des zones  protégées et des patrouilles anti-braconnage. 
Et puis en France, une autre espèce arrive à se reproduire, c'est la Une de L'Indépendant : l'ours Balou a réussi à être papaBalou est mort foudroyé en juin 2014 mais juste avant il avait trouvé une compagne, et des tests génétiques viennent de montrer qu'il était le père de son petit ourson né l'an dernier. Un sang neuf bienvenu pour la population d'ours dans les Pyrénées. Ils seraient désormais une trentaine mais ils avaient tous le même père, Pyros, introduit dans les Pyrénées en 1997. Les autres ne voulaient pas. Ces tests montrent que sa descendance s'y est finalement mise.
Plus de tigres, plus d'ours, Balou qui fait des bébés : en ce jour de sortie au cinéma du Livre de la jungle version Disney, il ne nous en fallait pas plus pour être heureux...

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires