5 min de lecture La revue de presse

La "mort en direct" de deux journalistes agite la presse

REPLAY - Le double-meurtre perpétré en Virginie ou le sort tragique des "migrants" devenus "réfugiés" illustrent le monde "obscène" décrit par Claude Cabanes, décédé à 79 ans.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
La "mort en direct" de deux journalistes agite la presse Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

L'assassinat de deux journalistes en direct à la télévision américaine fait la une de la presse ce matin. "La mort en direct" titre Le Parisien/Aujourd'hui en France, avec en photo la journaliste en pleine interview juste avant d'être abattu, sa dernière seconde de vie. L'image utilisée est une capture d'écran, diffusée en boucle hier sur les chaines de télévision américaines.

Le journal Le Monde appelle ça "le voyeurisme involontaire". Son site internet consacre un article à cette polémique née dès hier , polémiques sur ces images choquantes que "nous avons choisi de ne pas diffuser" précise l'article. L'image du meurtre de la journaliste et de son cameraman en direct a en revanche été diffusée toutes les heures par la chaine CNN.

Sur internet ce sont les réseaux sociaux Twitter et Facebook qui se sont retrouvés au centre des critiques  à cause de leur fonction Autoplay. Une fonction qui fait que les vidéos publiées par les internautes se lancent automatiquement sans qu'il y ait besoin de cliquer sur un bouton et sans avertissement préalable. Si vous aviez échappé à la rediffusion des images du direct, quelques minutes plus tard apparaissaient sur internet la vidéo tournée par le tueur lui même  et posté sur son compe Twitter qui a été bloqué au bout de 5 minutes mais la vidéo avait eu le temps d'être copiées. Le journal Le Monde a constaté dans le même temps que sur Youtube les images de la tuerie étaient mises en ligne 2 fois par minute. Elles ont été supprimées cette nuit.


Deux autres images de l'Amérique sont également visibles dans les journaux ce matin. D'abord le visage de cette femme que vous avez forcément vu le lendemain du 11 septembre 2001, c'est l'une des photos les plus célèbres du 11 septembre. Elle errait dans les ruines du World Trade Center, recouverte de poussière, on l'avait même surnommé "The Dust Lady", la dame de poussière.

À lire aussi
En periode de grand froid, le Samu Social multiplie les maraudes dans les rues de Paris. (illustration) précarité
Paris : 700 enfants dorment dans la rue chaque nuit

Elle avait réussi à quitter la tour nord dans laquelle elle travaillait au 81 ètage. Marcy Broders, 28 ans au moment des attentats, elle est morte hier d'un cancer de l'estomac. Elle avait 41 ans et avant de mourir elle s'est interrogée sur un lien entre les attentats et son cancer. Le Huffington Post raconte son histoire ce matin.


Une autre histoire de l'Amérique, un autre visage,  en une de Libération : la photo géante de Donald Trump, "le cauchemar américain". 4 pages sur le candidat à la primaire républicaine qui fait la course en tête dans les sondages. Raciste invétéré, égotiste vantard et misogyne, et même... "connard laqué" écrit Libé.

Trump a un problème capillaire notoire: des cheveux jaunasses hyper-fins et surlaqués  qu'il persiste à conserver plutôt long avec une mèche qui au moindre coup de vent lui donne l'allure d'un psychopathe. Et s'il y avait "un dingue à la maison blanche?" se demande Libé.

Al Jazeera et la "catégorie humiliante" des migrants



Une autre question lancinante dans la presse ce matin, question posée aussi hier par Nicolas Domenach hier sur RTL à propos des migrantsMigrants ou réfugiés? C'est la chaine Al Jazeera qui la première avait annoncé il y a quelques jours qu'elle n'utiliserait plus le mot de migrants. Courrier International publie le plaidoyer de la chaine qatarie. "Imaginez un peu. Un matin comme les autres, vous réveillez vos enfants, vous leur préparez le petit déjeuner  et vous les aider à s'habiller. Maintenant, imaginez que pendant ces préparatifs, vous savez que vous allez bientôt devoir aider vos enfants à enfiler un gilet de sauvetage pour ensuite monter  avec eux dans une embarcation de fortune. Quelle serait votre réaction  si cette expérience  était ensuire réduite à un seul mot , vous reléguant vous et votre famille dans la catégorie humiliante des migrants. Parler de migrants c'est refuser d'écouter la voix de ceux qui souffrent.


Le journal Le Monde raconte lui que ce débat agite aussi l'Allemagne, le Royaume Uni  et surtout  l'Italie,  où il a longtemps été question de clandestins, voire de "vucumpra"... mauvaise prononcations de la formule vuoi comprare, tu veux acheter ? Formule dite par les vendeurs à la sauvette étrangers. Le changement sémantique s'est opéré après le voyage du pape a lampedusa  en juillet 2013. Migrants le mot est en une du Figaro qui choisit de s"intéresser à " la nouvelle brêche des balkans. Mais dans son édito, Yves Thréard  parle de réfugiés et surtout pour lui il est urgent de distinguer tout ceux qui fuient la guerre  et ses horreurs, des autres candidats à l'exil, sans papiers en quête d'une vie meilleure.

Hommages à l'orateur Claude Cabanes

Question aussi sur  notre passivité face à ces réfugiés, sur ce silence gêné de la classe politique dans une france timorée, comme l'écrit Pierre Fréhel dans le Républicain Lorrain,  "Tournés vers  2017, les cadors de la scène nationale donnent l'impression de se préoccuper bien davantage du développement de leur petite boutique". Et Le Monde d'enfoncer le clou en citant Alain Bergougnioux: "Si Jaurès avait été là, il n'aurait pas accepté qu'une cause humaine comme celle-là ne concerne pas le parti socialiste". 


Mais que voulez vous, on ne porte pas tous en soi " la flamme de la révolte,  intacte et pure comme le diamant, ". ça ce sont les mots de Claude Cabanes, ancien directeur du journal fondé par Jaurés. L'Humanité rend hommage ce matin à ce "bretteur de plume et éternel révolté" que les auditeurs de RTL connaissaient bien, lui qui officiait dans "On Refait le Monde" depuis 12 ans. Claude Cabanes s'est éteint mardi soir. Notre cabane, écrit Joseph Macé Scaron dans Marianne  qui rend hommage à sa voix, chaude et rocailleuse. Il avait l'art de redonner des couleurs au passé à coups de grandes claques. Et l'Huma de citer d'autres mots de Claude Cabanes "Selon le dictionnaire robert , est obscène ce qui présente un caractère très choquant en s'exposant sans atténuation avec cynisme." Que ce soit les meurtres en direct à la télé, ou les vagues de réfugiés que l'on ne sait plus comment appeler, il avait tellement raison, nous vivons donc dans un monde obscène.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La revue de presse Revue de presse Meurtres
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants