2 min de lecture Terrorisme

La fausse alerte attentat à Paris aurait été déclenchée par des adolescents pour "faire le buzz"

Les auteurs du possible canular, qui a provoqué le déploiement des forces de l'ordre autour de l'église de Saint-Leu à Paris samedi 17 septembre, seraient des "swatter" de 16 et 17 ans.

Des policiers près de l'église Saint-Leu à Paris, le 18 septembre 2016
Des policiers près de l'église Saint-Leu à Paris, le 18 septembre 2016 Crédit : RIC DESSONS/JDD/SIPA
Marie de Fournas

C'est désormais l'hypothèse la plus probable : "un appel malveillant" serait à l'origine de la fausse alerte attentat lancée samedi 17 septembre. Ce jour-là, la police reçoit un coup de téléphone indiquant qu'une prise d'otages est en cours dans l'église de Saint-Leu à Paris. Une vaste opération des forces de l'ordre est alors mise en place. 45 minutes plus tard, l'information est démentie.

Les auteurs de l'appel seraient en fait des adolescents qui voulaient faire un "swatting", selon une information du Nouvel Obs. Le mot, qui vient de "SWAT" (l'unité d'élite de la police américaine), consiste à signaler un faux incident grave. Grâce à un logiciel, les "swatteur" parviennent à faire comme si l'appel était passé d'un autre lieu que chez eux. Le but : provoquer l'intervention des forces de l'ordre au lieu-dit. Plus l'intervention est impressionnante, mieux c'est. Un genre d'appel anonyme répandu depuis plusieurs années, notamment dans le milieu des hackers et des joueurs en ligne.

J'ai dit que j'étais caché dans la cave et que dix maghrébins étaient rentrés avec des armes dans l'église

Un des potentiels auteurs du canular
Partager la citation

Les deux adolescents disent avoir 16 et 17 ans. Ils ont fait écouter à L'Obs, l'enregistrement de l'appel passé à la police en guise de preuve. Sur celui-ci, le jeune homme se présente comme le père Mathis. "J'ai dit que j'étais caché dans la cave et que dix maghrébins étaient rentrés avec des armes dans l'église. Pour le choix du nom ["père Mathis", NDLR], c'est une dédicace à un mec qu'on connaît", explique-t-il à L'Obs. Quant au choix du lieu : "Le projet initial était de 'swatter' une mosquée mais après Saint-Etienne-du-Rouvray on s'est dit que ça marcherait mieux avec une église", expliquent-ils.

L'Obs indique que sur l'enregistrement d'une vingtaine de minutes, on entend trois policiers différents demander des précisions afin de vérifier l'information. L'une des policières de police-secours leur conseille de "ne pas faire trop de bruit". "Fais mention qu'il parle d'une bombe et d'une ceinture", indique une autre fonctionnaire de police à ses collègues.

Les adolescents se vantent sur Facebook

À lire aussi
Un combattant de Daesh (illustration) terrorisme
Coronavirus : l’État islamique déconseille à ses membres de voyager en Europe

Une fois l'intervention de police lancée, les ados qui utilisent des pseudos sur les réseaux sociaux, n'hésitent pas se vanter de leur "exploit". Leurs postes sont presque lunaires. Les jeunes "swatter" ne semblent absolument pas mesurer l'impact de leurs actes.

Message Facebook du swatteur
Message Facebook du swatteur
Commentaire Facebook du swatteur
Commentaire Facebook du swatteur

Ils ne semblent pas non plus mesurer les conséquences juridiques qui pourraient découler de leur canular. L'un d'eux fait même du teasing pour son prochain "Swatt"...

Message Facebook du swatteur
Message Facebook du swatteur

Interrogés par l'Obs sur leurs motivations et les conséquences de ce qu'ils qualifient de simple "canular", ils répondent : "On a fait ça pour le buzz. Si les gens ont eu peur c'est leur problème..." Ce dimanche, le Parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "dénonciation de crime imaginaire" et "divulgation de fausses informations afin de faire croire à une destruction dangereuse".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants