4 min de lecture Divertissement

Vendredi 7 février 2014 : La secte japonaise Aum

La secte Aum Shinrikyo, fondée en 1984 par Shoko Asahara, avait traumatisé le Japon en mars 1995 lors d'un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo. Bilan : 13 morts et 5 500 blessés. Un adepte de la secte est actuellement jugé au Japon pour des crimes commis dans les années 1990.

Jacques Pradel
Jacques Pradel Crédit : Elodie Grégoire

Bonjour à tous !

Aujourd'hui, une émission spéciale de l’Heure du Crime consacrée à la secte Aum dont les adeptes avaient répandu du gaz sarin dans une station de métro de Tokyo en mars 1995.
Cet attentat  au bilan terrible (13 morts et 6 200 personnes gravement intoxiquées) demeure encore aujourd’hui l’un des fait divers parmi les plus dramatiques de l’histoire du Japon depuis la deuxième Guerre Mondiale.
 
Le gourou qui dirigeait cette secte millénariste qui voulait créer le chaos au Japon et ensuite aux États-Unis, a été condamné à mort  en 2004. Il attend toujours son exécution qui pourrait intervenir cette année selon les journalistes japonais qui suivent ce dossier.
 
La psychose, qui s’est répandue à l’époque dans la population, est encore dans toutes les mémoires au Japon. Surtout depuis le 16 janvier dernier où s’est ouvert le procès d’un des derniers adeptes, arrêté après 16 années de cavale.
Cette secte possédait des ramifications et des laboratoires secrets dans de nombreux pays du monde, en particulier en Russie et en Australie.

Jacques Pradel


La secte Aum est principalement connue pour l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo, le 20 mars 1995. Sa création remonte à 1984, lorsque Shoko Asahara créé un atelier de yoga sous le nom de Aum no Kai (Société Aum).

Shoko Asahara, le créateur de la secte Aum
Shoko Asahara, le créateur de la secte Aum
À lire aussi
Caroline Dublanche Parlons-nous
Le trouble anxieux généralisé


L'idéologie du groupe est inspirée à la fois du bouddhisme, de l'hindouisme, de l'apocalyptisme chrétien et du New Age. Un grand crédit est accordé aux prophéties de Nostradamus. Sur le plan politique, le groupe considère le gouvernement japonais corrompu et voué à l'échec. L'objectif de la secte est alors de provoquer un Armagedon auquel ne surviraient que les adeptes de la secte.

En 1987, le groupe devient Aum Shinrikyo et obtient, deux ans plus tard, le statut officiel d'organisme religieux. En 1990, le gourou crée avec d'autres adeptes le parti de la Vérité Shinri to et présente 25 candidats aux élections sénatoriales. Aucun n'est élu. A ce moment-là, la secte revendique 10 000 membres au Japon et entre 35 000 et 40 000 en Russie.

Jusqu'aux attentats de 1995, la secte développe sa fabrication d'armes chimiques. Pour forcer les donations et punir les personnes qui s'opposent à la secte, des assassinats et enlèvements sont régulièrement pratiqués. Afin de justifier ces crimes, le gourou développe le concept de "poa", c’est-à-dire que le meurtre est légitime s'il empêche la victime de commettre un acte qui lui attirerait un mauvais Karma.

En avril 1990, le groupe s'essaye au bioterrorisme en équipant trois véhicules destinés à déverser de la toxine botulique.  Le premier répand le produit dans la ville de Tokyo. Un autre se dirige vers Yokohama et la base navale américaine de Yokosuka. Le troisième est utilisé dans la zone de l'aéroport international de Narita. L'attaque se révèle être un échec, la souche bactérienne utilisée étant de faible virulence et la quantité répandue insuffisante. L'opération ne sera connue qu'en 1995, tout comme celles de 1993 où la secte avait à nouveau tenté de répandre des produits chimiques.

En 1992, la secte tente de se procurer le virus Ebola au Zaïre lors d'une mission humanitaire menée par le gourou. L'affaire, là aussi, ne sera connue qu'en 1995.

En 1993, la secte fait l'acquisition, en Australie-Occidentale, d'un terrain destiné à faire des expérimentations chimiques. Expérimentations qui ne seront révélées après mars 1995, quand des moutons morts et des produits chimiques sont retrouvés en grande quantité sur le terrain.

L'attentat de mars 1995 avait fait 13 morts et intoxiqué 5 500 personnes
L'attentat de mars 1995 avait fait 13 morts et intoxiqué 5 500 personnes

L'activité de la secte Aum prend un tournant en 1994, avec le premier attentat chimique réussi. Dans la nuit du 27 au 28 juin, une attaque est déclenchée dans la ville de Matsumoto. Bilan : 8 morts et 200 blessés.
Le 20 mars 1995 a lieu le fameux attentat dans le métro de Tokyo. 13 morts sont à déplorer. 5 500 personnes sont blessés, intoxiquées par le gaz sarin.
La même année, deux attentats seront déjoués. Un au cyanure et l'autre au gaz sarin. Au même moment, la police découvre, dans une chapelle, 50 membres de la secte, abandonnés et complétement affamés, entourés de 50 tonnes de gaz sarin. De quoi tuer 6 millions de personnes !
Fin 1995, la secte perd définitivement son statut officiel.
 
Voulant rompre avec le passé violent de la secte, des membres changent de ligne et créent, en 1999, un nouveau groupe appelé Aleph. La doctrine de "poa" est abandonnée et les membres doivent s'engager par écrit à respecter la loi. Les responsables admettent l'implication de certains de leurs membres dans les attentats au gaz sarin, présentent leurs excuses et établissent un fond de compensation financière aux victimes. Ils reconnaissent également la responsabilité de leur ancien gourou, mais le conservent tout de même comme maitre spirituel, bien qu'il n'ait plus aucun pouvoir.
Aleph, toujours surveillée par les forces de sécurité japonaises, joue la carte de la transparence, interdit les réunions à huis clos et renonce à se doter d'un gourou. L'organisation compterait actuellement 1 600 membres et 28 établissements.
 
En 2004, Shoko Asahara et d'autres membres sont reconnus coupables de l'attentat dans le métro de Tokyo en 1995 et sont condamnés à mort. Ils sont toujours dans l'attente de leur exécution.
 

Makoto Hirata devant la Cour de Tokyo
Makoto Hirata devant la Cour de Tokyo

L'épilogue de cette affaire se joue actuellement avec le procès à Tokyo d'un des derniers membres de la secte. Makoto Hirata, 48 ans, s'était rendu à la police en décembre 2011.
Son procès, qui s'est ouvert le 16 janvier, ne concerne pas l'attentat de 1995, mais d'autres crimes commis au cours des années 1990 et notamment l'enlèvement, en février 1995, d'un homme de 68 ans ayant accordé refuge à sa sœur qui tentait de fuir l'emprise d'Aum. 


Invités : Christophe Sabouret, historien, spécialiste du Japon ; Jérôme Lidolf, rédacteur en chef adjoint à France 3 Franche-Comté, correspondant d’RTL au Japon jusqu’en 1997 ; Karyn Poupée, journaliste de l’AFP à Tokyo

Karyn Poupée est l'auteure des livres Les Japonais (Ed. Tallandier) et Internet en Asie, co-écrit avec Alexandra Soulier et Séverine Arsène (Ed. Philippe Picquier, collection L'Asie Immédiate)



Lire la suite
Divertissement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants