2 min de lecture Migrants

Paris : 2.771 migrants ont été évacués du camp de migrants de la Chapelle

L'opération a mobilisé près de 350 effectifs de la Préfecture de Police pendant toute la matinée du 7 juillet.

Evacuation du camp de migrants Porte de la Chapelle, le 7 juillet 2017
Evacuation du camp de migrants Porte de la Chapelle, le 7 juillet 2017 Crédit : AFP
Amélie James
Amélie James
et AFP

Peu après 6 heures du matin, vendredi 7 juillet, les autorités ont commencé l'évacuation du campement de migrants Porte de la Chapelle à Paris. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb avait annoncé la veille que les migrants qui campent habituellement Porte de la Chapelle seraient répartis en Île-de-France et dans des gymnases.

Durant l'opération d'évacuation, les accès à l'autoroute A1 et au périphérique Porte de la Chapelle ont été bloqués. Peu après 10 heures du matin, la préfecture de police de Paris a finalement annoncé que 2.771 migrants avaient été redirigés vers des structures d'accueil.

"On a appris hier qu'il se passerait quelque chose. On va monter dans des bus et ils vont nous emmener dans des hôtels, des centres. Je ne sais pas où mais ce sera bien. Ici la vie n'était pas bien. Je dormais près de l'autoroute", confiait Milat, un Afghan de 19 ans arrivé porte de la Chapelle voici deux mois. La préfecture avait précisé qu'elle procédait à "la mise à l'abri" des occupants de plusieurs campements de voie publique "illicites, qui présentent des risques importants pour la sécurité et la santé de leurs occupants comme des riverains".

Abbe Hidalgo interpelle le gouvernement

Jeudi 6 juin, le conseil de Paris s'était réuni pour traité notamment du sort des migrants dans l’agglomération parisienne. Anne Hidalgo a obtenu l'approbation à l'unanimité du conseil sur une proposition de loi sur l'accueil des migrants et l'intégration des réfugiés, comprenant la hausse des moyens financiers alloués à l'accueil des migrants ou encore la création d'une agence dédiée.

À lire aussi
Un campement de migrants à Grande-Synthe, le 28 septembre 2018 (illustration) Migrants
Coronavirus : des associations réclament des mesures "urgentes" pour les migrants

Ce texte d'une dizaine de pages a été adressé aux parlementaires ainsi qu'au gouvernement, puisque la maire de Paris ne possède pas l'initiative parlementaire, contrairement aux députés et aux sénateurs, et ne peut donc pas soumettre sa loi au Parlement.

La proposition d’Anne Hidalgo pour répondre "à l'urgence migratoire" plaide notamment pour une "répartition organisée des migrants sur l'ensemble du territoire", ou encore la délai maximum de traitement des demandes d'asile à six mois. Mais la maire de Paris souhaite également la mise en place "d'une politique d'intégration dans la durée" à destination des réfugiés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Immigration Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants